AccueilFFTEscudé sur la Fed Cup: "Il faut que la nouvelle génération se...

Escudé sur la Fed Cup : « Il faut que la nouvelle génération se laisse pousser des aile »

-

Reconduit à la tête de l’équipe de France de Fed Cup, Nicolas Escudé a révélé son point de vue sur le tennis féminin dans une inter­view accordée à la FFT. Un discours sans conces­sion de la part de l’an­cien 17ème mondial, qui va entamer en 2010 sa deuxième campagne avec les dames du tennis français.

Le rapport des filles à la Fed Cup.
À la base, le tennis est un sport indi­vi­duel, où les filles pensent à leur carrière, et font abstrac­tion de l’équipe de France. Forcément, c’est dommage parce que l’on compose l’équipe sans les meilleurs éléments sur le terrain. 

Les absences de certaines leaders.

Que voulez‐vous y faire ? Ce sont des choses qui sont arri­vées chez les garçons il y a quelques années. Ce sont des choses qui arri­ve­ront encore dans le futur. Chacun a sa vision des choses, qui n’est pas forcé­ment la mienne. J’essaye de créer un groupe, une cohé­sion, une trans­pa­rence, une clarté, une commu­ni­ca­tion pour que tout le monde se sente bien dans cette équipe. C’est domma­geable. J’essaye de trans­mettre ma passion pour cette compé­ti­tion, pour cette équipe et ce que ça repré­sente de jouer avec « France » dans le dos. Après, il y en a qui sont plus ou moins réceptifs.

Ce qu’il manque aux joueuses.
Que les filles gagnent des matchs (sourire). Si on regarde de près, on n’a pas de filles dans les dix. Mais avec Marion Bartoli, Virginie Razzano, Amélie Mauresmo, on en a prati­que­ment trois dans les vingt. Derrière, il y a Aravane, Alizé, qui avait entamé cette saison en étant dans les quinze. Ce n’est pas non plus catas­tro­phique mais il y a un écart énorme entre les filles qui sont là‐haut et l’arrière du peloton. Il y a des filles qui pour­raient inté­grer cette équipe de France sans être dans les cent premières mondiales. Il y a un gros chan­tier. Mais il ne faut oublier qu’il y a un chan­ge­ment de géné­ra­tion qui est train de s’opérer. La géné­ra­tion Amé, entre Nathalie Dechy, Émilie Loit qui tournent la page. Il faut que la nouvelle géné­ra­tion se laisse pousser des ailes, prenne confiance en elle, et prenne conscience que ce sont à elles de se retrousser les manches et de tenir le tennis fran­çais, tout simplement.

Les fêtes approchent, pensez déjà à vos cadeaux !!! Packs exclu­sifs, T‑shirts, livre, casquettes… Découvrez la collec­tion We Love Tennis.