GrandChelem
Tauziat : "La défaite fait partie du job"



Nathalie Tauziat et Olivier Malcor sont des coaches de joueurs en formation, la défaite n'y a donc pas le même poids. Première partie avec l'ancienne numéro trois mondiale.

En tant que coach, vous avez été confrontée à la défaite. Doit-on la considérer comme un échec ?
"Si on veut progresser, il est nécessaire de bien l’apprivoiser. La défaite fait partie du job surtout quand on est dans sa phase de construction, quand on apprend le «métier » de joueur de tennis. L’athlète doit capter le positif et non le négatif. Pour cela, il doit accepter la défaite et savoir pourquoi il n’a pas été bon. Lorsque la défaite se répète trop souvent, il doit se remettre en question."

Avez-vous le souvenir d’une "bonne défaite" ?
"Il y a des défaites qui sont très constructives, parfois plus que des victoires. Quand on a rien à perdre contre une meilleure joueuse et qu’on va dans le bon sens, on progresse. Cela peut servir de déclic. Si on perd et qu’on a donné son maximum, on s'améliore. On se doit d’être positif."

C'est difficile à faire comprendre à une joueuse qui se laisse dominer par des aspects psychologiques ?
"Tout dépend du profil de la joueuse. Certaines n’aiment pas discuter de leurs défaites, les analyser… Dans ce cas, c’est extrêmement compliqué, les solutions sont faibles. J’avais une joueuse qui refusait de se voir jouer. Or, on ne peut prendre conscience de ses erreurs ou de ses défauts que lorsqu'on se revoit. Mais il y a aussi des joueuses qui vont dire : « Moi, je sais ce que j'ai fait et ce que je n’ai pas fait, etc. » Ce n'est pas mieux. Dans les deux cas, il n’y a aucune remise en question et il est ardu de les faire progresser."

Vous trouvez qu'il est bon de discuter à chaud avec votre joueuse ?
"C’est un choix qu'on effectue sur le moment. Je m’adapte au scénario du match ou à l’attitude de la joueuse. Il m’est arrivé de prendre du recul parce que je n’avais pas envie de secouer ma joueuse, malgré ma colère (sourire), car elle avait donné le meilleur d'elle-même. Dans ces occasions, je me suis dit : « Je suis énervée, mais je ne vais pas lui rentrer dedans tout de suite car, moi-même, je risque de faire une erreur de jugement. »"

Comment peut-on trouver une solution pour inverser une spirale négative ?
"Si jamais ma joueuse n’est pas capable de gagner des matchs lors de gros tournois, je la fais descendre d'une catégorie pour lui redonner confiance. Si elle n’accepte pas ce choix, elle n’est pas faite pour le haut-niveau…"

Avez-vous des souvenirs de discussions après des défaites, au cours de votre carrière ?
"Beaucoup, oui, car je me suis souvent remise en question. Ce sont des discussions à avoir. Je me souviens que nous dressions un bilan à l'issue de chaque saison pour savoir comment franchir un cap. Ma discussion la plus symbolique reste celle qui a entraîné mon changement de jeu, en 1995-1996. On ne m’avait jamais demandé de quelle façon je souhaitais jouer. Je progressais, mais je n’arrivais pas à battre les meilleures. J’en ai eu marre. Grâce à cette discussion, j’ai pu mettre en place un jeu plus adapté au tennis moderne."

GrandChelem n°51 en téléchargement gratuit
Retrouvez gratuitement et en intégralité le numéro 51 "La défaite, le début d'une victoire ?", le dernier numéro de notre magazine GrandChelem... Bonne lecture !
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.