Accueil Insolite Aljaz Bedene : « Perdre à l’US Open en 2012 m’a pro­ba­ble­ment sauvé…

Aljaz Bedene : « Perdre à l’US Open en 2012 m’a probablement sauvé la vie »

-

Les témoi­gnages des cham­pions sur le site behindtheracquet.com sont sou­vent un vrai délice. Centré sur un moment pré­cis de la car­rière d’un joueur ou d’une joueuse, ils per­mettent quelques fois d’a­voir de vraies révé­la­tions. C’est le cas avec celui publié der­niè­re­ment par le joueur slo­vène Aljaz Bedene. En 2012, il doit jouer le 2ème tour des qua­lifs de l’US Open. La veille, on soup­çonne qu’il est entrain d’a­voir une crise d’ap­pen­di­cite. Dans le besoin, il déci­dé fina­le­ment d’al­ler sur le court. La suite, c’est lui qui la raconte.

« En 2012, je suis entré dans le Top 100. Je ne gagnais pas beau­coup d’argent donc chaque match était impor­tant, sur­tout les matchs du Grand Chelem. Je me suis pré­pa­ré à jouer le tirage au sort des qua­li­fi­ca­tions de l’US Open. Il y a eu un retard de pluie et mon esto­mac a com­men­cé à me faire mal. J’ai sup­po­sé que j’a­vais faim. J’ai gagné le match et nous sommes allés dîner. Par la suite, je pou­vais à peine mar­cher et me pen­cher avec une dou­leur dans mon abdo­men. J’ai essayé de dor­mir mais c’é­tait dou­lou­reux alors nous sommes allés chez le méde­cin et il a dit que j’a­vais une appen­di­cite. Il m’a ordon­né de ne pas jouer au tour sui­vant. Je ne vou­lais pas savoir com­ment l’ap­pen­di­cite pou­vait affec­ter mon corps car j’a­vais besoin de gagner. J’avais besoin d’ou­blier la dou­leur parce que j’a­vais besoin d’argent.

J’ai per­du le pre­mier set et rem­por­té le second. J’avais des crampes cor­po­relles au début du troi­sième set alors j’ai deman­dé un temps mort médi­cal. J’aurais fait for­fait en temps nor­mal. J’ai eu une balle de match et mon adver­saire a fait une erreur mais le juge de ligne s’est trom­pé. Finalement, j’ai per­du le match au tie‐break. J’étais très déçu et mon abdo­men me fai­sait beau­coup souf­frir. Nous sommes allés à l’hô­pi­tal et ils m’ont dit que j’a­vais besoin rapi­de­ment d’une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale. Si j’a­vais gagné le match, j’au­rais conti­nué à jouer. J’ai eu la chance de perdre ce jour là car cela m’a sûre­ment sau­ver la vie »

Instagram
Twitter