Accueil Insolite Florent Dabadie : « Nishikori est aujourd’hui net­te­ment dans l’ombre de Naomi Osaka »

Florent Dabadie : « Nishikori est aujourd’hui nettement dans l’ombre de Naomi Osaka »

-

Pour bien débu­ter l’an­née, We Love Tennis vous conseille un ouvrage. Celui de Florent Dabadie, un fou pas­sion­né de ten­nis. Avec « A Revers », il nous livre un récit unique qui ne résume pas à un livre sur le dopage comme on a eu trop ten­dance à le dire. Nous sommes allés à sa ren­contre en lui posant une ques­tion sur sa pas­sion pour Guga et sur les deux stars, Nishikori et Osaka, car Florent vit au pays du soleil levant. 

On sait que vous êtes un fan de Guga, étiez‐vous devant votre tv
quand déjà bles­sé à la hanche Guga expé­die rapi­de­ment Federer aux
ves­tiaires ?

Oui bien sûr notre Guga natio­nal avec sa tenue à la Michael Jackson
dans Thriller et sa coupe de che­veux sobre de pre­mier de la classe.
Guga avait aus­si abré­gé sa longue pré­pa­ra­tion de revers pour un geste
plus com­pact et près du corps comme Pioline à la fin de sa car­rière,
afin de prendre la balle beau­coup plus tôt après le rebond ce qui a
fait très mal à Roger sur ce match. C’est rare que le public de la
Porte d’Auteuil soit à ce point là der­rière un adver­saire de
Federer, cela en dit long sur la côte de popu­la­ri­té de Guga. Ce match
de 2004 est sûre­ment le der­nier qui m’ait vrai­ment ému à Roland,
avec le Paul‐Henri Matthieu‐ Nadal  de 2007 et le Wawrinka‐Djokovic de
2015.

Vous qui êtes au Japon, est‐il vrai de dire que Nishikori est un dieu vivant ?
Je ne pense pas. Les seuls dieux vivants au Japon sont des lut­teurs de
sumo ou des joueurs de base­ball. Loin der­rière arrive le foot­ball et
encore loin der­rière le ten­nis. Nishikori est aujourd’hui net­te­ment
dans l’ombre de Naomi Osaka, qui elle même n’est pas encore une
super star à cause de son éloi­gne­ment (elle habite à Los Angeles ).
Il fau­drait que Nishikori rem­porte la médaille d’or aux JO de Tokyo
pour que le public japo­nais lui recon­naisse une fort belle car­rière. Il
a man­qué le coche en 2014 contre Cilic, s’il avait rem­por­té l’US
OPEN il aurait eu une autre aura ici à Tokyo. Néanmoins je pense
qu’il a les moyens de faire une autre demie‐finale de Grand Chelem si
son corps tient, car c’est vrai­ment un homme de verre. Son revers est
vrai­ment fabuleux.

Florent Dabadie, Edition JC Lattes, 20 euros. 

Instagram
Twitter