AccueilInsoliteOpelka à propos des remarques sur sa taille (2,11 m) : "Je...

Opelka à propos des remarques sur sa taille (2,11 m) : « Je déteste ça, c’est ma plus grande bête noire dans la vie. On m’ar­rête partout. En Angleterre, c’est 20 fois par jour »

-

Dernier volet de l’ex­cel­lente inter­view de Reilly Opelka accordée à l’un de ses spon­sors, Redbull.

Après s’être lâché sur l’après Federer, Nadal et Djokovic, dévoilé son Grand Chelem préféré et raconté son calvaire lors du dernier Roland‐Garros, l’ac­tuel 28e mondial est cette fois revenu sur un sujet assez sensible pour lui : sa très grande taille.

Culminant à 2,11 m du sol, Reilly est souvent pris pour un basket­teur dans la rue et certaines personnes, notam­ment en Angleterre, sont parfois sans gêne, ce qui a le don de l’énerver.

« Je déteste ça, c’est ma plus grande bête noire dans la vie. On m’ar­rête partout. En Angleterre, c’est si grave. C’est le pire. C’est sans arrêt. Ici en Angleterre, j’ai mes écou­teurs sur les oreilles tout le temps. Un des gars du trans­port m’a dit : ‘Tu joues au basket ?’. Allez, j’étais habillé en blanc, j’avais un sac de tennis sur le dos et j’étais sur le point de monter dans le véhi­cule de trans­port de Wimbledon. En Angleterre, c’est 20 fois par jour, je ne peux pas l’éviter. Rien qu’en arri­vant à l’hôtel, en prenant une voiture, dans toutes les conver­sa­tions que j’en­gage, les gens disent la même chose. Est‐ce que je donne une réponse polie ? Non, mais parfois c’est diffi­cile parce que la plupart du temps, j’ai besoin de quelque chose de cette personne. Je ne peux pas être un connard avec les personnes qui travaillent dans un aéro­port parce que mes bagages pour­raient ne pas arriver. Mais si ces personnes ne préparent pas mon café, alors je ne vais même pas les regarder. »