Interviews
Claire Feuerstein : "La débrouille, c’est mon quotidien sur le circuit secondaire"

A 25 ans, Claire Feuerstein galère toujours sur le circuit secondaire. Des 10 000$ aux wildcards pour Roland, elle a déjà connu son content d'émotions et de désillusions. Cette joueuse honnête, progressant dans l'ombre, nous dresse le tableau sans fioritures de son quotidien sur le circuit. Aujourd'hui, 249ème joueuse mondiale, son objectif n'a pas changé : le top 100, pour vivre mieux. Pour notre reportage sur ces inconnus de la petite balle jaune, nous l'avons rencontrée à Lyon.

Tu es ici, à Lyon (NDLR : l’entretien a été réalisé à l’Open GDF SUEZ de Lyon, fin février) pour disputer un 10 000$. Qu’est-ce qui t’amène à jouer ce genre d’événements, qui sont les plus petits tournois professionnels ?
L’année dernière, j’étais mieux classée (NDLR : 170ème). Du coup, j’étais partie sur de plus gros tournois. Mais j’avais gagné peu de matches… Forte de cette expérience, j’ai voulu m’aligner sur des épreuves plus petites pour prendre un peu de confiance. Et puis, il y a très peu de tournois en début d’année, c’est le calendrier qui veut ça. On n’a pas tellement le choix ! C’est un peu galère, d’autant qu’avec la crise économique, certains tournois sont annulés…

C’est quelque chose que tu vois fréquemment ?
Oui ! Exemple récent : à Belfort, il y avait un 25 000$ qui devait avoir lieu début février. Il a été annulé faute de sponsors. Il y en a d’autres où les dotations baissent, j’imagine que c’est à cause de ça. Mais c’est vrai que le calendrier de l’ITF, en début de saison, manque de tournois, c’est dur. J’ai décidé de venir au 10 000$ de Lyon, mais j’ai eu beaucoup de mal à me décider. Il y avait une tournée de 25 000$ aux Etats-Unis, mais le niveau y était très relevé… J’ai fait mon choix en me fixant l’objectif de disputer un maximum de matches en début de saison. Les points viendront un peu plus tard.

Concrètement, comment se passe l’inscription aux tournois, la programmation ? Ca se fait au dernier moment ? Avant Lyon, tu as fait quoi ?
Depuis le début d’année, je n’ai joué que des 25 000$. J’ai gagné des matches, mais je sentais que mon jeu n’était pas bien en place. Le mieux, c’était de faire le plus de matches d’affilée possible, donc de m’inscrire à des tournois un peu moins relevés. Si mon jeu est en place, je sais que les points viendront à un moment donné.

D’un point de vue financier, quand tu joues sur un 10 000$...
(Elle coupe) Il n’y a rien. Rien. Sur ces tournois, je sais que je ne vais pas gagner d’argent. C’est sûr. Mais bon, ici, à Lyon, je suis près de chez moi et, ça, c’est un vrai plaisir. Il n’empêche, je dois payer l’hôtel. La semaine de Dijon (NDLR : un 10 000$, la semaine d’après), je m’arrange pour aller chez une amie, donc j’arrive à limiter mes frais. C’est la débrouille !

Et tu es aidée par la Fédération, la Ligue ou autre ?
La Fédération m’a un peu aidée, l’an passé, mais, cette année, pas du tout (NDLR : Claire Feuerstein nous a dernièrement signalé qu'elle allait finalement recevoir une aide financière de la Fédération). Je reçois aussi un petit quelque chose de la Ligue. Pour le reste… Il faut se débrouiller. Il y a les matches par équipe qui me soulagent un peu (NDLR : elle joue à Annecy-le-Vieux), d’autant que j’adore ça – c’est vraiment sympa, pas seulement sur le plan financier ! Ensuite, le but, c’est de gagner des matches et d’améliorer mon classement pour essayer d’avoir une invitation à Roland Garros. C’est le genre d’aides qui n’ont pas de prix. Ces deux dernières années, j’ai reçu deux wildcards (en 2009 et 2010). C’est aussi grâce à ça que je m’en suis sortie. Ca fait une sacrée différence. Là, par exemple, je sais que je suis juste jusqu’au mois de mai.

Sur ce circuit secondaire, dans ces conditions difficiles, il y a un esprit de corps qui naît entre les joueuses ?
Malheureusement, non. Ce n’est pas comme sur le circuit masculin. Chez les filles, c’est vraiment chacun pour soi, on échange très peu. J’ai quelques bonnes amies sur le circuit, rien de plus. On essaie de partager les chambres d’hôtel à plusieurs, mais ce n’est pas pour autant que des affinités se créent. Je pense que les filles ont plus de mal à faire la part des choses entre le court et la vie en-dehors. Et c’est parfois pesant. On part à l’autre bout du monde, on croise toujours les mêmes personnes, mais ce n’est pas pour autant qu’on va te dire bonjour. C’est vraiment dommage. Après, par rapport au circuit principal, la différence, c’est qu’on est tout le temps en train de calculer, on fait attention à tout : l’hôtel le moins cher, le billet d’avion… Ca aussi, c’est lourd.

De ce fait, l’argent devient une source de motivation ?
(Soupir) C’est dur. Moi, je sais que j’ai du mal avec ça. C’est plus crispant qu’autre chose. Il y a des filles – les joueuses de l’est notamment –, ça les aide, oui. Mais c’est aussi une question de culture.

Il y a eu des périodes où, ce souci-là, tu l’avais moins, où tu avais plus de marge ?
En 2009, financièrement, j’étais beaucoup mieux. Il y avait mon invitation à Roland, un meilleur classement… Mais ce n’était pas non plus… extraordinaire. A mon âge, il y a des gens qui travaillent déjà et qui peuvent s’offrir des petits plaisirs à côté. Je ne suis pas à plaindre, mais bon…

Tu penses à l’après, à la fin de carrière ?
De temps en temps, mais il vaut mieux ne pas trop y penser ! (Sourire)

Ton objectif, aujourd’hui, c’est de retrouver ton niveau d’avant, de 2009 ?
Non, c’est de le dépasser. Si on veut gagner de l’argent, il faut être dans les 100.

C’est ton objectif ?
Oui. Etre dans les 100, chez les filles, c’est indispensable pour bien gagner sa vie. Plus que chez les garçons. Eux, ils ont généralement l’hébergement gratuit. Nous, pratiquement jamais. Donc, voilà, je veux être dans les 100 ou pas loin, pour rentrer dans les cuts des quatre Grands Chelems. Ca nous amène aux alentours de la 110ème place.

Tu as joué d’autres GrandChelem, en-dehors de Roland Garros ?
Tous, sauf Wimbledon. J’ai d’ailleurs vraiment envie d’y aller. J’avais beaucoup apprécié l’Australie, notamment par rapport au pays. Mais Wimbledon… Et puis, peu importe ! S’il y en a un où je joue bien, je prends ! (Rires)

Ta meilleure performance, en GrandChelem ?
Je n’ai jamais passé un tour en qualifications – mais j’ai été invitée plusieurs fois à Roland. Dans les Grands Chelems, il faut arriver à faire la différence. C’est encore plus dur.

Ca ne te fait pas bizarre de passer des 10 000$ aux Grands Chelems, et vice-versa ?
L’écart est important, c’est clair. Mais le principe reste le même : on a toujours notre raquette et nos balles, quel que soit l’endroit. Après, voyager, ça peut faire du bien également. L’an dernier, je suis allée au Mexique et j’y ai pris conscience d’un certain nombre de choses : peu importe où je suis, j’y suis pour jouer au tennis. C’est tout. L’équation ne change pas.

Tu t’es déjà retrouvée sur des tournois improbables, à l’autre bout du monde, dans des conditions difficiles ?
Je n’ai pas eu de grosses galères, comme certaines filles. Après, je me rappelle d’un tournoi au Mexique où on jouait avec des balles sans pression et qui n’étaient pas rondes. Au rebond, ça partait une fois à gauche, une fois à droite ! (Rires) Sinon, au niveau de l’arbitrage, je n’ai jamais vu de trucs énormes. J’ai peut-être eu de la chance pour le moment... Mais si je n’ai jamais vraiment été dans des pays improbables, c’est aussi une question de choix. Je préfère rester en France, en Europe, quitte à disputer des tournois plus relevés. Il y en a qui font le choix d’aller jouer dans des coins paumés. Moi, je trouve que ma vie a un peu plus d’importance que le tennis… (Sourire)

Comment se passe ta programmation ?
Il y a des moments où j’arrive à m’organiser deux mois à l’avance. Mais deux mois, c’est déjà beaucoup ! (Rires) Il faut aussi faire attention aux limites d’inscription. Pour l’ITF, c’est deux semaines, pour la WTA, c’est trois en qualifs et six pour le grand tableau. D’une manière générale, je programme mon calendrier trois semaines avant…

Vous êtes concernées par des contrôles antidopage ?
Moi, je n’en ai pas eu des masses, mais il y en a. Après, je n’ai pas encore à remplir un emploi du temps pour qu’on puisse venir me contrôler à chaque heure de la journée. Ca, ça doit être un peu lourd comme pratique. Très contraignant.

Au niveau de ton coach, de ta structure, comment ça se passe ?
J’ai la chance d’avoir des gens qui m’aident. Ma structure… C’est un peu débrouille ! J’ai un préparateur physique, une préparatrice mentale qui est une amie et un autre ami qui m’aide à gérer tous les à côtés – la recherche de sponsors, notamment –, parce que c’est un peu la galère. Et ils font tous ça presque bénévolement ! C’est une vraie chance d’être entourée de ces gens-là, des passionnés, des amis. Après, ils ont tous d’autres choses, d’autres activités, une vie, quoi ! Donc c’est un peu contraignant. Ils ne peuvent pas toujours m’accompagner, ils doivent bien gagner leur vie eux aussi ! (Rires) Cette semaine, par exemple, j’ai mon entraîneur avec moi parce qu’il est en vacances…

Quand il est là, ton coach, il va observer tes futures adversaires ?
Un peu. Mais, dans l’ensemble, je préfère qu’on se concentre sur mon jeu. Quand il est là, il peut voir ce que j’ai bien fait ou moins bien fait dans mes matches. Ca nous permet, dans les périodes d’entraînement, de régler les choses en conséquence. On essaie ainsi de créer une continuité entre périodes de compétition et périodes d’entraînement, un lien, un fil conducteur. Le regard extérieur de mon entraîneur est important, parce que nous, joueuses, on n’est pas toujours hyper-lucides sur tout ça. Et puis, quand on est sur le terrain, on ne peut pas faire la même analyse, il y a plein de petits détails qui nous échappent. C’est pour ça que j’essaie de me débrouiller pour avoir quelqu’un à mes côtés, mais c’est loin d’être évident. Là, par exemple, j’ai quelqu’un qui était au chômage dans un club et qui part avec moi pour quelques semaines. Mais c’est un complément. Heureusement, j’ai la chance d’avoir des gens à côté de moi qui s’investissent, qui m’aident, qui croient en moi. Mais, évidemment, ils ne peuvent pas toujours être là… Donc c’est parfois un peu du bricolage ! (Sourire)

Tu peux nous parler de ton jeu ?
J’ai un gros service, un gros coup droit. Mon revers aussi a bien évolué, j’ai pas mal progressé. J’aime aller de l’avant, tout en apportant des variations. Mon objectif, c’est d’être complète. Je n’aime pas courir de partout, essayer de tout ramener... Moi, ce que j’aime, c’est mettre un point gagnant, que la fille ne touche pas la balle! (Rires)

Tu as des moments de déprime qui durent ?
Qui durent, non. La grosse difficulté, c’est de ne pas avoir de continuité entre les grosses périodes d’entraînement et les résultats en match. C’est parfois pesant. De là à dire que ce sont des moments de déprime… C’est comme tout, on fait comme on peut. Aujourd’hui, je prends toujours autant de plaisir à jouer au tennis. Mais, arrive un moment où j’aimerais enfin percer. Même si j’ai commencé tard par rapport à d’autres !

Tu as commencé le tennis à quel âge ?
J’ai commencé à jouer à sept ans et mes premiers tournois à 9 ans. J’étais -15 à 18 ans, j’étais passée négative l’année d’avant. C’est après le bac que j’ai commencé à jouer au haut niveau.

Tu as été détectée par la Ligue ?
Non. J’ai eu une progression régulière. Je n’étais pas très bonne chez les jeunes, donc j’y suis allée au fur-et-à-mesure.

Et tu as décidé de faire le grand saut après le bac ?
Un peu avant, en fait. A 16 ans, quand je suis passée négative, j’ai voulu tenter les cours par correspondance. Ca a pris un peu de temps, il y avait l’obligation de continuer les études, l’école… J’ai des parents qui sont médecins et qui envisagent plutôt la réussite par les études. Ils m’ont dit : « Tu passes d’abord ton bac. Après, on verra. » Cours par correspondance en première et terminale, puis, je me suis lancée ! Aujourd’hui, mes parents sont à fond derrière moi.

Au niveau des sponsors, comment ça se passe ?
J’ai un contrat avec Wilson, mais il n’y a pas d’argent en jeu. Avec TTK, également, sans argent non plus. Ils me donnent mes tenues. Je sais que c’est déjà beaucoup, mais, arrive un moment où tu cherches aussi des aides financières...

Aujourd’hui, à 25 ans, tu as encore des rêves ? Ou tu as évolué depuis et tes rêves également ?
Je pense moins en termes de rêves, mais plus en objectifs concrets. C’est la différence. C’est vrai que, parfois, j’aimerais redevenir gamine… Etre un peu plus « olé olé », insouciante… (Sourire) Et moins réfléchir ! Ca aide à relativiser les moments difficiles.

Tout pourrait changer avec le top 100…
Je voudrais pouvoir souffler financièrement, être autonome. D’autant qu’être mieux classée, ça peut ouvrir des portes pour l’après. Evidemment, je garde les pieds sur terre : j’ai 25 ans et, même si j’atteins cet objectif, je ne gagnerai pas des mille et des cent jusqu’à la fin de ma vie. Mais ça changerait beaucoup de choses !

Tu sembles avoir beaucoup de recul… L’âge t’apporte une forme de sérénité ?
(Sourire) Je ne me sens pas forcément plus calme qu’avant, ça bout toujours à l’intérieur, parfois… Mais, en vieillissant, on connait mieux le circuit, on est plus habituée. Maintenant, vu que j’ai commencé tard, je suis encore comme une gamine quand j’arrive dans un Grand Chelem. Il y a de l’émerveillement, on croise de grands joueurs, on a besoin d’un certain temps d’adaptation. Les filles qui ont eu la chance de disputer des Grands Chelems chez les Juniors, elles ont de l’avance. Elles connaissent mieux le contexte et peuvent le gérer plus facilement. Après, comme pour tout, il faut bien qu’il y ait une première fois ! Moi, je n’ai pas encore eu cette expérience sur tous les Grands Chelems.

Finale à Lyon, finale à Dijon… Ce sont des 10 000$, mais ça reste des résultats qui te font plaisir, j’imagine ? Un titre, quel qu’il soit, c’est important ?
Oui, même si c’est un 10 000$, ça veut dire qu’on a gagné quatre ou cinq matches d’affilée. Les choses sont en place et il y a une certaine constance tennistique et physique. Ca tient. En plus, c’est un coup de boost pour la confiance. A mon sens, un titre dans l’un de ces petits tournois, c’est presque mieux que battre une bonne joueuse. Parce qu’une bonne victoire, c’est gratifiant sur le moment. Mais c’est bien plus ponctuel et la fille a pu avoir un coup de moins bien… Enchainer cinq victoires et aller au bout, c’est quand même quelque chose !

On dit souvent que les 10 000$ sont les révélateurs de jeunes talents. Ici, en demie, tu as battu une jeune Croate prometteuse, Sylvia Njiric, 17 ans. Ca t’est déjà arrivé de jouer des filles dont tu t’es dit : « Celle-là, elle a le potentiel pour aller loin ! » ?
Mon adversaire d’aujourd’hui (Sylvia Njiric), elle est très complète, elle a du potentiel, c’est sûr. Mais ce n’est pas évident comme question (sourire). Si je dois n’en citer qu’une, je dirais Caroline Garcia. Elle, elle m’impressionne vraiment. Je l’ai rencontrée en octobre dernier, j’avais perdu en deux sets serrés. On a également joué quelques doubles ensembles. Je pense que ce sera une très bonne joueuse. Gagner son premier match en Grand Chelem (NDLR : à l’Open d’Australie 2011) comme elle l’a fait, c’est énorme. D’ailleurs, plus tôt elle y parvenait, mieux c’était pour la suite !
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.