Accueil Interviews Amélie Mauresmo : « Justine a parlé de souffrance, c'est fort »

Amélie Mauresmo : « Justine a parlé de souffrance, c’est fort »

-

Difficilement victorieuse d’Olga Savchuk, Amélie Mauresmo a néanmoins retiré de nombreux points positifs de cette lutte en trois temps, pluie oblige. La Française, ex-numéro une mondiale, est également revenue sur la retraite de Justine Hénin.

Comment as-tu géré cette rencontre entre les interruptions et la victoire finale qui s’est dessinée en trois sets ?
Le match s’est joué en plusieurs temps, chacun a eu sa période, avec des baisses physiques après les coupures. J’ai peut-être mal géré l’alimentation, avec un petit coup de barre. Ensuite, j’ai essayé de ne plus rien donner au troisième set.
Est-ce une bonne chose de débuter par un match en trois sets lorsque l’on a des doutes sur ses capacités physiques comme c’est ton cas ?
J’avais en effet pas mal de question à ce sujet. Et sur ce point-là, c’est quand même plutôt rassurant. J’ai tout de même une légère appréhension sur les déplacements, même s’il n’y a p de douleurs, et le service, ce n’était pas ça.
Avec tous les ennuis de santé que tu as connus, ressens-tu encore du plaisir à jouer au tennis ?
C’est vrai que c’est important, peut-être que c’est par exemple ce qui a manqué à Justine pour décider de continuer. Elle a utilisé le mot « souffrance », c’est très fort. Je ne ressens pas cela du tout. Je n’ai jamais ressenti cela au cours de ma carrière. Mais, oui, j’ai du plaisir encore à jouer, à être sur le terrain.
Le fait d’aborder Roland Garros en outsider, par rapport aux années précédentes, te permet-il de jouer plus libérée ?
Probablement. Mais j’ai toujours une exigence assez élevée et très importante. Même si je ne suis pas aujourd’hui à mon meilleur niveau. Il y a quand même ce côté perfectionniste, exigeante qui est là. J’essaie de mesurer un peu plus la chose surtout par rapport à la préparation, qui a été très courte. C’est pour cela que même sur les phases où il y avait beaucoup de déchets, je suis restée dedans, et je continue.
Pour revenir à Justine, que penses-tu de sa décision, as-tu été surprise d’apprendre ça ?
J’ai été très surprise quand j’ai vu cette conférence de presse qu’elle avait donnée ce soir-là et qu’elle expliquait que tout simplement, elle en avait marre. C’est ce qu’elle disait. Quand elle disait que c’était parfois trop dur pour elle d’aller s’entraîner, de jouer des tournois, beaucoup de matches, cela m’a beaucoup surprise parce qu’elle est très jeune, sans doute trop jeune pour se retirer. D’un autre côté, elle a pratiquement tout fait. C’est sans doute qu’elle souhaite passer à autre chose, à une autre vie, vraisemblablement moins stressante, et qu’elle souhaite plus de souplesse au niveau de son programme. Parce que, c’est vrai, nous avons une vie assez stricte ; il faut faire attention à tout ce que l’on fait, quand on dort, à ce qu’on mange, c’est un boulot 24 heures sur 24. Oui, je suppose qu’elle en avait assez. Mais cela m’a beaucoup surprise effectivement.

Instagram
Twitter