AccueilInterviewsFlorent Serra : « J’ai encore pas mal de choses à travailler…

Florent Serra : « J’ai encore pas mal de choses à travailler »

-

Florent Serra a réalisé un très bon Roland Garros, mais sa défaite face à Robby Ginepri au troi­sième tour, ce samedi, lui laisse un petit goût amer dans la bouche. Quelques minutes après avoir terminé son meilleur Grand Chelem en carrière, le Bordelais voyait déjà le travail à faire pour aller plus loin.
Florent, est‐ce toi qui a mal joué, ou Robby Ginepri qui t’a surclassé ?
Cela va un peu de pair, mais c’est surtout le fait que lui, comme c’était prévu, a joué dans le terrain, il a joué sur sa ligne. Moi j’es­sayais de ne pas reculer. Je ne diri­geais plus l’échange. C’est ce qui a été le plus dur pour moi. Je pense qu’il a très bien joué, il a très bien su me jouer en tout cas. Je n’ai pas encore toutes les solu­tions pour pouvoir embêter un joueur comme ça.
Sinon, tu aurais pu essayer de ralentir un peu le jeu ?
J’ai essayé au début du troi­sième, j’ai levé la balle. Mais il ne recule pas beau­coup. J’ai levé un peu plus et moi, j’es­sayais d’avancer, de la prendre plus tôt. Il retour­nait moins bien égale­ment quand je servais un peu plus douce­ment. Je servais très bien au début, et aux moments impor­tants il m’a mis un peu de pres­sion, je me suis crispé au service. J’ai l’im­pres­sion de frapper fort, mais ma dépense d’énergie est plus intense et ma balle va moins vite que sur mon match précé­dent, par exemple. J’aurais pu ralentir le jeu, j’ai essayé mais j’ai raté aussi.
Quel bilan peux‐tu dresser sur ton tournoi ?
Il faut voir le positif. J’ai réussi à mettre mon jeu en place, mon jeu d’at­taque. Je sais ce que je dois faire par la suite, le constat est fait, main­te­nant il faut que je trouve les solu­tions pour pouvoir arriver en gros à faire ce qu’il fait lui, parce qu’il s’or­ga­nise très vite. J’ai encore pas mal de choses à travailler pour arriver à cela. Il se déplace très bien. C’est comme cela que je voudrais arriver à jouer, sur toutes surfaces. C’est une sorte de rouleau compres­seur au bout d’un moment. Agassi le faisait encore mieux que lui ! Mais lui prend la balle tôt. Il faut que je travaille là‐dessus. Je suis content d’avoir été au troi­sième tour ici, mais j’ai un petit goût amer parce qu’il y avait possi­bi­lité d’aller plus loin.
Physiquement tu as manqué un peu de tonus ou cela allait ?
Non, physi­que­ment je me sens bien. Si j’avais pu essayer de le pousser un peu plus à la fin du troi­sième, s’il y avait eu un quatrième, je me sentais vrai­ment bien.

Article précé­dentMonfils au bout du suspens
Article suivantDavydenko sorti
Instagram
Twitter