AccueilInterviewsFranck Boucher : «Gilles et Alizé vont aller beaucoup plus haut »

Franck Boucher : « Gilles et Alizé vont aller beaucoup plus haut »

-

A Welovetennis/GrandChelem nous nous fixons des axes édito­riaux bien précis en donnant la parole à tous les acteurs du tennis. Il nous est donc apparu perti­nent d’intégrer dans notre team de spécia­listes, un inter­ve­nant de la face cachée du circuit pro mais aussi amateur. Cet inter­ve­nant, c’est Franck Boucher, respon­sable de la promo­tion chez Head depuis plus de 15 ans. Confident des joueurs de son team, obser­va­teur du circuit, présent sur tous les évène­ments majeurs, Franck sera pour Welovetennis, l’oeil du passionné, et ce, sans ambi­guïté aucune par rapport au fait qu’il travaille pour l’une des marques leaders du marché. Pour débuter nous avons décidé de faire un petit bilan sur les joueurs dont il est le plus proche.

Franck, d’abord, devenir spécia­liste sur Welovetennis, ça fait quoi ?
C’est grati­fiant ! Je suis un peu le repré­sen­tant de la profes­sion. Cela fait plus de 15 ans que je suis sur le circuit. Alors, des anec­dotes, j’en ai beau­coup. Si je fais ce métier c’est avant tout parce que ce sport je l’ai dans la peau. Un peu comme vous ! Même si je suis chez Head et que certains vont penser que je suis là pour la promo­tion de ma marque, je répon­drai que je suis là parce que j’ai envie d’expliquer des choses, de mettre en avant des initia­tives. Je suis aussi connu pour être très proches des joueurs. J’essayerai donc de vous donner quelques petits scoops. Enfin, être aux côtés de Sam, Luca, et Patrick, c’est chouette !

Pour toi, quelle est la révé­la­tion de l’année ?
Simon bien sûr ! (NDRL : Simon fait partie du team Head). Personne ne l’attendait là. Je le connais depuis qu’il a huit ans. C’est un gars extra. Gilles a surpris tout le monde, les passionnés, les obser­va­teurs, et les personnes du circuit. 

Tsonga est aussi là ?
Bien évidem­ment, Jo a une caisse extra­or­di­naire. A Shanghai, j’ai appris à mieux le connaître. C’est un chic type, une bête média­tique, un showman. Ce qu’il a fait est extra­or­di­naire car revenir de bles­sures ce n’est jamais évident. Des joueurs comme Di Pasquale, Escudé en savent quelque chose. Ils avaient du talent et leurs carrières a toujours été ryth­mées par des pépins physiques. Si Jo parvient à éviter ces dangers, je le vois très haut !

Simon, Tsonga, la jeune géné­ra­tion a pris le pouvoir, où en est Arnaud Clément que tu connais bien ?
Arnaud s’entraine de façon très inten­sive en ce moment à Aix en Provence. Tant qu’Arnaud aura l’envie, il pourra revenir. Après, il faut insister sur un point, le jeu a encore pris une nouvelle dimen­sion en terme de puis­sance et de vitesse, et cela ne le favo­rise pas.


Tu as toujours dit qu’Alizé a un gros potentiel ?

Je l’ai dit parce que je le crois. Cette fille a un vrai carac­tère, une vraie envie. Cela a une vraie réso­nance sur son niveau de jeu. Pour moi, cette saison n’est pas une surprise. C’est un point de passage. Elle va aller plus haut, beau­coup plus haut comme Gilles d’ailleurs.

Un petit mot du nouveau contrat qui lie Djokovic à Head ?

Quel contrat…

On parle de 4,5 millions d’euros ?
Je n’en sais rien.

Dernière ques­tion : tu as été peiné que Gaël (Monfils) parte chez une marque concurrente ?
Oui, car je l’ai appris tard. Gaël je le connais aussi depuis des lustres. C’est un mec dont l’image ne réflète pas la réalité. Gaël c’est une crème. Depuis on s’est revu. On en a parlé tran­quille et il n’y a aucun soucis.