Accueil Interviews Gilles Simon : « C’est ma faute, j’au­rais du être tête de…

Gilles Simon : « C’est ma faute, j’aurais du être tête de série ».

-

Gilles Simon restait pour­tant sur une victoire à Casablanca et arri­vait à Roland Garros avec des ambi­tions légi­times. Mais il est tombé sur un Radek Stepanek en plein « revival » et regrette les points perdus.

Après une bonne série de victoires, tout s’est bruta­le­ment inter­rompu aujourd’hui…
Oui, ça fait mal. J’ai essayé de faire le maximum, mais je n’ai même pas pu prendre un peu de plaisir sur le court, c’est très frus­trant. Il a su jouer avec le vent, brouiller un peu les cartes, gérer un début de match accroché. Rien n’allait. 

Regrettez‐vous ce tirage au sort diffi­cile contre un joueur en pleine bourre ?
Je n’ai pas su faire ce qu’il fallait pour être tête de série, c’est ma faute, j’au­rais du y être. C’est un tournoi sur lequel je peux très bien jouer, sur une surface que j’aime et devant un public que j’ap­précie. A Rome puis à Hambourg, je ne suis pas allé aussi loin que voulu, c’est pour cela que j’ai rajouté Casablanca juste avant, mais c’était insuffisant. 

La course à la quali­fi­ca­tion olym­pique pour les joueurs fran­çais est en cours, est‐ce un objectif impor­tant pour toi ?
Oui, c’est quelque chose que je surveille, même si cela risque de beau­coup bouger pendant Roland Garros. J’étais le quatrième joueur qualifié jusqu’ici, donc bien placé. Maintenant, peut‐être que la bles­sure de Jo libé­rera encore une place, je n’en sais rien. En tout cas pour moi, contrai­re­ment à d’autres, je ne peux plus vrai­ment améliorer mon clas­se­ment avant quinze jours.

Instagram
Twitter