AccueilInterviewsLe tennis, c’est la santé (4/5) – Bouhana : « Le FiTennis a trouvé…

Le tennis, c’est la santé (4/5) – Bouhana : « Le FiTennis a trouvé sa place »

-

Le fonda­teur du FiTennis avait logi­que­ment sa place dans notre dossier « Le sport c’est la santé ». Benjamin Bouhana revient donc sur son concept lancé en 2014 et sur son ambi­tion de conti­nuer à faire bouger les lignes avec le FiTennis Form et le FiTennis Kids. Entretien.

Benjamin, nous faisons un dossier « Tennis et Bien‐être » et on peut dire qu’avec la pratique du Fitennis, on est en plein dedans. Peux‐tu expli­quer ce concept à ceux qui ne le connaissent pas encore ?

Effectivement. Par défi­ni­tion, le « sport‐santé » recouvre la pratique d’activités spor­tives ou physiques qui contri­buent au bien‐être et à la santé du prati­quant, confor­mé­ment à la défi­ni­tion de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) : physique, psycho­lo­gique et sociale. On peut dire que le programme FiTennis corres­pond bien à cette définition. 
Le FiTennis est un programme d’entraînement qui combine à la fois la gestuelle du tennis et des exer­cices de fitness. Ainsi, une séance FiTennis permet à la fois de prendre soin de soi et d’améliorer sa condi­tion physique. Dispensés sur une durée de 35 minutes inten­sives, les cours de Fitennis vous font travailler les diffé­rents groupes muscu­laires, mais aussi la tech­nique des diffé­rents gestes, appuis et postures du tennis. La parti­cu­la­rité de cette acti­vité est son lien direct avec le tennis. Les parti­ci­pants réalisent divers mouve­ments et appuis, en mode « shadow » (gestes à blanc). Cela permet d’améliorer les actions tech­niques et biomé­ca­niques du tennis (frappes rapides, relâ­chées) et d’évacuer la frus­tra­tion de l’échec. Il y a aussi une mauvaise compré­hen­sion et inter­pre­ta­tion du terme FITNESS en France. Je rappelle que la défi­ni­tion du Fitness veut tout simple­ment dire entraî­ne­ment physique, c’est à dire un ensemble d’activités physiques permet­tant au prati­quant d’améliorer sa condi­tion physique et son hygiène de vie, dans un souci de bien‐être. Nous souhai­tons à travers le FitennisTM contri­buer au bien‐être de chacun avec une nouvelle façon ludique de s’entretenir physi­que­ment orienté tennis.

En quoi le Fitennis répond‐il aux critères du tennis‐santé ? Quelles apti­tudes physiques le programme Fitennis développe‐t‐il en priorité ?

Le Fitennis est une pratique spor­tive qui s’adapte à tous les types de public, puisque chacun gère sa séance à son propre rythme. Un coach certifié Fitennis accom­pagne le prati­quant avec des options spéci­fiques en fonc­tion des diffi­cultés. Les exer­cices sont riches et variés. Ils solli­citent tous les groupes muscu­laires néces­saires pour un joueur de tennis ou une personne dési­reuse d’améliorer et main­tenir sa condi­tion physique. Le tout permet d’augmenter l’explosivité, la puis­sance muscu­laire, la coor­di­na­tion, l’endurance spéci­fique, le système cardiovasculaire.

Peux‐tu nous dire où en est Fitennis en termes de forma­teurs et de clubs affiliés ?

Le FiTennis, c’est aujourd’hui trois programmes diffé­rents : Fitennis, Fitennis Kids (7–12 ans) et Fitennis Form (sport‐santé). Avec plus de 250 coachs formés et un réseau qui compte aujourd’hui plus de 150 clubs en France Le FiTennis a trouvé sa place.

Est‐il facile de faire comprendre les avan­tages qu’apporte Fitennis aux clubs qui le proposent à leurs adhé­rents ? Y a‑t‐il encore des freins sur une pratique aussi innovante ?

Effectivement, il y a encore des freins. Une de nos missions est de faire comprendre aux clubs, aux ensei­gnants et aux prati­quants l’importance de l’activité physique dans notre sport, non pas seule­ment pour la perfor­mance physique ou tennis­tique, mais aussi en termes de prévention.
L’activité Fitennis se pratique sans balle, ce qui peut parfois être mal compris. Il est impor­tant de rappeler que le Fitennis est un programme d’entraînement physique spéci­fique au tennis, mais en aucun cas il n’a pour but de remplacer un cours de tennis. De plus, le Fitennis est vu comme une acti­vité annexe qui n’est donc pas une prio­rité dans un club. Nous essayons de faire comprendre aux diri­geants et aux ensei­gnants que le Fitennis doit être consi­déré comme une offre à part entière. 

Est‐ce que ce sont ces années de travail sur le terrain qui t’ont permis de faire évoluer le concept, puisque vous allez lancer le Fitennis Kids et le Fitennis Form ?

Les programmes Fitennis Kids et Fitennis Form sont des décli­nai­sons du programme Fitennis pour des publics diffé­rents. Effectivement, nos quatre années d’expérience nous ont amenés à créer des programmes spéci­fiques en fonc­tion des publics et des attentes de chacun. Nous travaillons aussi sur d’autres décli­nai­sons afin de séduire un maximum de monde.

Lors de notre rencontre il y a trois ans, tu évoquais un possible déve­lop­pe­ment de la marque à l’étranger. Qu’en est‐il ?

Nous avons lancé le FiTennis en Inde dans plusieurs clubs et nous sommes actuel­le­ment en discus­sion avec plusieurs fédé­ra­tions étran­gères. C’est inté­res­sant, car quel que soit le pays, on constate un besoin iden­tique de déve­lopper les clubs de tennis avec de la nouveauté. On s’est aussi rendu compte que pour certains pays, le Fitennis n’est pas consi­déré comme une acti­vité annexe, mais comme une nouvelle façon ludique de se préparer ou s’entretenir physi­que­ment, tout en gardant un lien direct avec le tennis.

Fitennis Kids et Fitennis Form, qu’est-ce que c’est ?

« Le FiTennis Kids est top pour les jeunes de 7 à 12 ans qui veulent prati­quer une acti­vité physique. Smash, coup droit, revers, service, etc., mais aussi les appuis, ancrages et postures. Une séance de Fitennis Kids est adaptée aux enfants. Nous simpli­fions les exer­cices et ajou­tons des jeux ludiques.

Nous souhai­tons inciter les enfants à prati­quer des acti­vités physiques ludiques, orien­tées vers le tennis. Les cours sont axés sur le déve­lop­pe­ment des enfants, avec une orien­ta­tion sur le travail physique tel que la vitesse, la coor­di­na­tion, les diffé­rents appuis, les gestes du tennis, etc.

Le Fitennis Form est une séance adaptée pour les personnes ayant certaines patho­lo­gies telles que le diabète, des problèmes cardio­vas­cu­laires, d’obésité. Il est aussi très adapté pour les personnes séden­taires souhai­tant reprendre une acti­vité en douceur. Raquette en mains, ce cours permet de vivre toutes les sensa­tions du tennis et de se défouler tout en gardant un rythme adapté. »

Laurent Galeziewski (instruc­teur FiTennis) au Tennis Club de Sevran

« J’ai tout de suite adhéré au FiTennis. Il faut dire que j’étais sensi­bi­lisé en tant que profes­seur de fitness et de tennis. J’ai donc mis les séances en place dans mon ancien club à Aulnay‐sous‐Bois et cela a bien fonc­tionné. J’ai fait de même dans ma nouvelle struc­ture à Sevran. On a un groupe assidu et enthou­siaste. J’ai aussi mis en place le FiTennis Form, et tout se passe bien. Comme toute nouveauté, pour que le FiTennis devienne une habi­tude, un vrai “service plus” au sein d’un club, il ne faut pas cesser de commu­ni­quer, faire des anima­tions et demander à ceux qui y parti­cipent régu­liè­re­ment de faire jouer le fameux bouche‐à‐oreille. »

Séverine Pourret (instruc­trice FiTennis) au TC Portes‐lès‐Valence

« Présidente du club mais aussi instruc­trice, je suis très satis­faite de la mise en place du FiTennis dans notre struc­ture. Nous avons fixé deux créneaux fixes, deux rendez‐vous dans la semaine, et ils ont trouvé leur public, même si l’on est aussi tribu­taire de nos struc­tures puisque nous n’avons pas de courts couverts. Le FiTennis permet aussi à nos jeunes de profiter d’un entraî­ne­ment physique assez perfor­mant. De plus, cela attire une autre clien­tèle qui n’est pas obli­ga­toi­re­ment composée de joueurs de tennis. C’est un vrai plus, car cela peut générer à terme de nouveaux adhérents. »

Instagram
Twitter