Accueil Interviews Marc Gicquel : « Il faut aller cher­cher les points au filet »

Marc Gicquel : « Il faut aller chercher les points au filet »

-

L’âge n’a pas de prise sur cer­tains joueurs fran­çais. On l’a vu avec Fabrice Santoro un peu plus tôt dans la jour­née, et Marc Gicquel est venu le confir­mer dans l’après‐midi. Il lui aura quand même fal­lu trois jours et quatre sets pour venir à bout de Troicki.

Comment vit‐on un match sur trois jours ?
Ce n’est pas facile, sur­tout que je me sen­tais moins en jambes, plus ten­du aujourd’­hui. C’est la pre­mière fois que ce genre de situa­tion m’ar­rive. Avec la ten­sion accu­mu­lée, je n’ai pas tou­jours réus­si à me libé­rer et à conclure aus­si rapi­de­ment que je ne l’au­rais souhaité. 

Ce court numé­ro deux doit te rap­pe­ler des sou­ve­nirs. Mais sont‐ils plu­tôt bons ou mauvais ?
Oui, je reste sur une défaite il a deux ans. C’était un match fou contre Kiefer, et cela reste un très bon sou­ve­nir. Cela m’a beau­coup mar­qué, posi­ti­ve­ment car c’é­tait la pre­mière fois que je jouais un joueur aus­si bien clas­sé. J’étais sou­te­nu par tout le public, le match avait été inter­rom­pu et avait duré presque toute la jour­née. Cela m’a beau­coup aidé pour la suite. 

Ton pro­chain match face à Robredo pro­met d’être une dure bataille…
Oui, ce sera la pre­mière fois qu’on se joue sur terre, et c’est sa meilleure sur­face. Je ne vais pas me mettre deux mètres der­rière la ligne, il faut se montre patient mais agres­sif et aller cher­cher les points au filet de temps en temps. 

Avec la vic­toire de Fabrice, les tren­te­naires fran­çais se portent mieux que les petits jeunes finalement ?
Je ne pense pas trop à mon âge. C’est ma troi­sième année dans le Top 100 et je suis content d’être à ce niveau. Avec Fabrice, on joue le double, ça nous fait 67 à nous deux, c’est sympa.

Article pré­cé­dentRadwanska au troi­sième tour
Article sui­vantKarlovic se fait surprendre
Instagram
Twitter