AccueilInterviewsMauresmo : "Kristina a rapidement trouvé ses marque"

Mauresmo : « Kristina a rapidement trouvé ses marque »

-

Amélie Mauresmo est revenue devant la presse sur ces choix pour le duel face à l’Allemagne qui débute demain à Limoges

Comment Marion Bartoli a‑t‐elle pris sa non‐sélection ?
Vous vous doutez bien que l’on en a parlé ensemble. Je n’ai pas pris la déci­sion seule. On est arri­vées à la même conclu­sion, à savoir que ça allait être très, très « compliqué » pour ce week‐end.


Pauline Parmentier, qui était là initia­le­ment comme rempla­çante, sera fina­le­ment titu­laire en simple…

Pauline entre effec­ti­ve­ment dans l’équipe. Les quatre filles se sont vrai­ment bien entraî­nées toute la semaine. La prépa­ra­tion a été intense, les filles ont passé beau­coup de temps sur le terrain à peau­finer leur jeu. On attend main­te­nant impa­tiem­ment que la rencontre commence.

Qu’allez-vous faire main­te­nant d’ici la rencontre ?
On va effec­tuer les derniers petits réglages. Mais on va surtout essayer d’avoir de bonnes sensa­tions sur le terrain. On va aussi pas mal parler entre nous.

L’adaptation à la terre battue s’est-elle bien passée ?
Globalement, je suis plutôt satis­faite de cette adap­ta­tion. Maintenant, le verdict, on le connaîtra demain et dimanche.

Avez‐vous envi­sagé un moment de prendre Marion dans l’équipe en espé­rant qu’elle puisse être réta­blie pour les matches de dimanche ?
Honnêtement, elle n’était vrai­ment pas en état de jouer. Je voyais mal comment elle aurait pu retrouver une énergie suffi­sante, même pour dimanche. Vient s’ajouter à cela le fait qu’elle n’a quasi­ment pas pu s’entraîner de la semaine. Sur terre battue, cela me semblait très, très compliqué.

Compte‐tenu de l’absence de Marion, votre sélec­tion a‑t‐elle été facile à faire ?
Non, c’est toujours diffi­cile. Ce n’est pas, loin de là, la partie la plus agréable du job. Mais il faut le faire. Je me suis basée sur ce qui s’est passé cette semaine.

Une épidémie de grippe semble s’être abattue sur les deux équipes…
Il y a effec­ti­ve­ment un truc qui traîne ! On va essayer de se protéger comme on peut. On essaie de séparer les uns et les autres, mais ce n’est pas facile. Il y a des gens touchés dans le staff.

Pauline Parmentier et Kristina Mladenovic vont disputer les simples samedi…
Mon choix s’est fait en fonc­tion des résul­tats qui ont précédé la rencontre, mais surtout sur ce que j’ai pu observer cette semaine à l’entraînement. On part samedi dans cette confi­gu­ra­tion là. Et on fera le point samedi soir.

Comment se sont passé les entraî­ne­ments cette semaine ?
Les filles étaient vrai­ment toutes dans de bonnes dispo­si­tions. Virginie était peut‐être un peu moins affutée car elle sortait d’une grippe. Elle a mis un peu de temps à retrouver physi­que­ment une bonne inten­sité. Alizé et Pauline ont commencé la prépa­ra­tion sur terre battue assez tôt à Paris, ce qui fait qu’elles se sont adap­tées assez rapi­de­ment. Quant à Kristina, elle a rapi­de­ment trouvé ses marques, bien aidée par la confiance qu’elle a accu­mulée la semaine passée à l’Open GDF Suez. Elle est prête pour sa sélection

Instagram
Twitter