AccueilInterviewsP.Mouratoglou : « On en revient toujours aux même »

P.Mouratoglou : « On en revient toujours aux même »

-

Notre spécia­liste, Patrick Mouratoglou, direc­teur de l’épo­nyme académie et entraî­neur, notam­ment, d’Aravane Rezai et Yanina Wickmayer, revient sur les quarts de finale de cet Open d’Australie 2010.

Comment analyses‐tu les quarts hommes ?

Dans le tableau masculin, pour le moment, les prin­ci­paux joueurs que l’on atten­dait sont présents, à l’exception peut‐être de Del Potro. Mais on le savait blessé. Il a joué avec tout le courage qu’on lui connaît, mais il était trop handi­capé. Finalement, on en revient toujours à Federer, Nadal, Djokovic ou Murray comme poten­tiels vainqueurs.
Difficile de dire que le tournoi est ouvert lorsqu’il regroupe toujours les mêmes joueurs. Simplement, peut‐on imaginer voir l’éclosion d’un Murray ou d’un Djokovic ?…

Les quarts femmes ?

Pour le tournoi féminin, je dirais que nous retrou­vons égale­ment les prin­ci­paux prota­go­nistes avec Serena et Venus d’un côté et Justine Henin de l’autre. Pas véri­ta­ble­ment de surprises, sinon la perfor­mance de la Belge qui a très vite retrouvé son niveau de jeu…
Les quatre décep­tions du tournoi sont selon moi : Caroline Wozniacki, qui tarde réel­le­ment à confirmer ; Dinara Safina, qui, déci­dé­ment, accu­mule les pépins physiques ; Kim Clijsters, qui est passée tota­le­ment à côté de son match contre Petrova ; enfin, Ana Ivanovic, qui ne parvient véri­ta­ble­ment pas à retrouver un bon niveau.


As tu une anecdote ?

Drôle : le match Azarenka/Zvonareva avec leurs coachs respec­tifs. Amusant de retrouver cette confron­ta­tion lors même que l’actuel coach d’Azarenka était celui de Zvonareva depuis au moins quatre ans, et que l’actuel de Zvonareva a passé les quatre dernières années à coacher Azarenka. Le moins que l’on puisse imaginer c’est que chaque joueuse est entrée sur le court avec une tactique bien rôdée…

Instagram
Twitter