AccueilInterviewsPaget: "Le pouvoir appartient aux joueurs avant tout"

Paget : « Le pouvoir appartient aux joueurs avant tout »

-

Au coeur de notre dossier sur la notion d’in­fluence, nous avons choisi de nous entre­tenir avec Fabien Paget, agent de Julien Benneteau ou encore Serena Williams en Europe. Il s’est alors confié sur le pouvoir dans le tennis, mettant en avant les rôles de Serena Williams ou Roger Federer. Une inter­view à retrouver dans le numéro 46 de notre maga­zine GrandChelem.

Pensez‐vous avoir du pouvoir dans le tennis ?
« Non, le pouvoir appar­tient aux joueurs avant tout. Alors, du pouvoir, non, des respon­sa­bi­lités, oui. »

Quelle est la différence ?
« J’ai la respon­sa­bi­lité de repré­senter des joueurs avec qui je travaille, qui me font confiance, de les accom­pa­gner dans leur carrière spor­tive et au‐delà. Le pouvoir serait d’influer sur l’industrie du tennis ou du sport en général, ce qui n’est pas le cas. »

Néanmoins, selon le joueur qu’on repré­sente, on a plus ou moins de pouvoir ?
« Bien sûr, c’est évident. Mais, encore une fois, c’est le joueur qui est l’acteur, c’est lui qui a le pouvoir, en aucun cas l’agent. »

Comment fait‐on, en tant qu’agent, pour avoir de l’influence ?
« Tous les acteurs du tennis peuvent avoir de l’influence. On devient un agent influent quand on repré­sente les meilleurs joueurs du monde. Aujourd’hui, les règles sont déjà influen­cées par ces « tops players ». Ce sont eux les acteurs prin­ci­paux du marché, qui attirent les fans ou les spon­sors. Les athlètes sont aux manettes de ce sport. Plus l’athlète est reconnu, plus son repré­sen­tant aura de l’influence auprès des autres acteurs du marché. »

Alors, quels sont les agents les plus influents ? Celui de Federer est omniprésent ?
« Federer est une icône, il dépasse le cadre de son sport. Son influence dans le monde du tennis et auprès du grand public est consi­dé­rable. Il est ce qu’on appelle un modèle. Quant à son agent (Tony Godsick), il a, certes, une influence très forte, mais des respon­sa­bi­lités et des enga­ge­ments encore plus impor­tants. On ne peut pas être un agent influent sans avoir les respon­sa­bi­lités qui vont avec. C’est un peu la même chose pour les agents de Maria Sharapova, Novak Djokovic ou Rafael Nadal… Néanmoins, il ne faut pas oublier les agents des joueurs un peu moins connus, qui réalisent un travail très diffé­rent. »

Qu’en est‐il aujourd’hui de l’équi­libre entre les pouvoirs, ceux des joueurs, des insti­tu­tions, des orga­ni­sa­teurs et des sponsors ?
« Tous les acteurs majeurs ont un pouvoir d’influence. Les joueurs et les joueuses sont de plus en plus écoutés par l’ATP et la WTA. A titre d’exemple, l’ATP orga­nise régu­liè­re­ment des réunions pour rassem­bler l’ensemble des joueurs et écouter leurs doléances, leurs réflexions, leurs sugges­tions. À Miami, j’ai pu assister à une réunion des agents, orga­nisée par la WTA. Je l’avais trouvée très inté­res­sante, car on avait pu échanger et montrer que notre rôle va au‐delà de la repré­sen­ta­tion des athlètes. Ces échanges permettent de traiter d’éventuelles problé­ma­tiques, mais égale­ment de mieux travailler en utili­sant les outils mis à notre dispo­si­tion. Cela sert les inté­rêts de chacun. »

Et Roger Federer, en quoi a‑t‐il de l’influence ?
« Tous les joueurs sont écoutés. Les paroles de Roger Federer et de Serena Williams, Maria Sharapova, voire Novak Djokovic, sont natu­rel­le­ment très écou­tées, tant par les instances que par le grand public. Leur noto­riété influe sur les enjeux écono­miques. »

Mais, aujourd’hui, si on doit dégager une personne, c’est Roger Federer ?
« Non, je pense que Serena Williams est aussi influente que Federer. L’influence de Serena dépasse le tennis. C’est une icône spor­tive, la plus grande cham­pionne de tous les temps, selon moi. C’est égale­ment une femme avec une histoire unique, qui repré­sente la diver­sité. Serena est une réelle source d’inspiration pour de nombreuses personnes et elle incarne des valeurs fortes, au‐delà du tennis. »

=> Grand Chelem n°46 en télé­char­ge­ment gratuit
Retrouvez gratui­te­ment et en inté­gra­lité le numéro 46 « Spécial Roland Garros » de notre maga­zine GrandChelem.. Bonne lecture !