Accueil Interviews Patrick Mouratoglou : “Le gazon est la sur­face de Marion”

Patrick Mouratoglou : “Le gazon est la surface de Marion”

-

Patrick a bien connu Marion Bartoli, fina­liste l’an der­nier à Wimbledon et qui vient de pas­ser le pre­mier tour ce lun­di, rai­son de plus pour lui deman­der si l’ex­ploit de Marion était un feu de paille l’an der­nier et aus­si le féli­ci­ter puisque sa pro­té­gée, issue des qua­li­fi­ca­tions, Anastasia Pavlyuchenkova, a réa­li­sé l’ex­ploit de sor­tir Alizé Cornet. Effectivement, j’ai connu Marion alors qu’elle était âgée de 16 ans. Elle dis­pu­tait les cham­pion­nats de France. Son jeu sor­tait tota­le­ment de l’or­di­naire : sa tech­nique, son atti­tude, ses prises de balle pré­coce et ses volées lif­tées à 1m du filet m’ont séduit. J’ai tou­jours aimé les per­son­na­li­tés à part, et Marion, incon­tes­ta­ble­ment en est une. Elle m’a beau­coup plu pour toutes ces rai­sons et ma socié­té de Management Sportif l’a sou­te­nue et repré­sen­tée durant 5 ans. L’an der­nier, à la sur­prise géné­rale, elle a atteint la finale de Wimbledon. Je sais à quel point cette per­for­mance est décon­cer­tante dans un monde aus­si cali­bré que celui du ten­nis… Personne n’ose s’ex­pri­mer la concer­nant tant cha­cun a peur de se trom­per. Personne ne l’au­rait ima­gi­née à ce niveau, je le sais, moi qui la repré­sen­tais et avec qui les gens parlent libre­ment. Moi-même, je serai bien en peine de vous faire une pré­dic­tion. La seule chose que je peux dire, c’est que le gazon colle par­fai­te­ment à ses qua­li­tés, et lui per­met de s’ex­pri­mer au mieux de ses capacités.

Instagram
Twitter