Accueil Interviews Patrick Mouratoglou : « Sur Wim c’est du 30/30/30 »

Patrick Mouratoglou : « Sur Wim c’est du 30/30/30 »

-

Déjà à Londres avec son team pour pré­pa­rer dans les meilleures condi­tions pos­sibles Wimbledon, Patrick Mouratoglou, répond pour Welovetennis à quatre ques­tions fon­da­men­tales après une quin­zaine de terre bat­tue ins­truc­tive et un pro­gramme sur herbe qui s’an­nonce palpitant . 

Nadal qui humi­lie Federer, que disent les spé­cia­listes ?
Les spé­cia­listes, je ne sais pas, mais moi je dis : encore une fois, Federer ne joue pas sa carte a fond. C’est très frus­trant parce qu’on sent qu’il peut faire bau­coup mieux, mais il ne par­vient pas à se résoudre à jouer l’at­taque a outrance. C’est pour­tant le seul moyen de battre Nadal sur terre. Federer se laisse embar­quer dans une filière longue de laquelle il ne res­sort jamais gagnant. Les solu­tions s’a­me­nuisent et il perd de plus en plus confiance en sa capa­ci­té à trou­ver des solu­tions au fur et à mesure du match. C’est donc une longue ago­nie. Chaque affron­te­ment, Nadal est plus confiant et Federer moins donc l’é­cart se creuse…Si je donne mon ana­lyse, je dirai que Federer n’ac­cepte pas de se faire pas­ser au filet. C’est l’im­pres­sion qu’il me donne. Du coup, impos­sible pour lui de jouer la carte de l’a­gres­si­vi­té… Pour être un bon atta­quant, il faut accep­ter de rater et de se faire pas­ser car c’est le prix a payer pour s’en­ga­ger tota­le­ment. Or aujourd’­hui, lorsque Federer monte au filet, il y croit a moi­tie, s’in­ves­tit moyen­ne­ment et se fait pas­ser « comme il l’a pré­vu » Tu avais par­lé d’un manque de per­son­na­li­té d’Ivanovic, est‐ce que cette vic­toire va com­bler ce vide ? 
Elle est évi­dem­ment une super joueuse de ten­nis avec un des meilleurs ser­vices du cir­cuit et un coup droit qui me rap­pelle celui de Steffi Graf. Elle est aus­si un magni­fique pro­duit mar­ke­ting avec un visage d’ange, des kilos per­dus, et enfin une belle brune par oppo­si­tions a toutes ces blondes russes. En revanche, elle a jus­qu’a main­te­nant, manque de per­son­na­li­té dans les moments cru­ciaux de sa car­rière. Elle n’a pas l’in­sou­ciance de ceux qui réa­lisent de très grandes choses. Cette année, elle a béné­fi­cie d’un grand vide : retraite de Henin, démo­ti­va­tion des Williams, inca­pa­ci­té de Sharapova à s’a­dap­ter a la terre bat­tue. Safina est, quand a elle, pas­sée à cote de sa finale car trop pas­sive, elle a regarde jouer Ivanovic. Quand à Ivanovic elle‐même, je suis admi­ra­tif de son enga­ge­ment lors de cette finale. Elle n’a pas tremble et est allée cher­cher le match. Désormais titu­laire d’un titre du Grand Chelem et No1 mon­diale, avec la confiance qui devrait en résul­ter, elle peut peut‐être prendre l’é­pais­seur qui lui a manque jusque la…
 
La vic­toire d’un joueur de Taiwan en junior indique‐t‐il que l’Asie est en plein boom ? 
Bien sur que l’Asie est en plein boom. Ils ont décou­vert le ten­nis et des dizaines de mil­liers de jeunes le pra­tiquent comme on sait le faire dans ces pays‐la : avec assi­dui­té, sérieux, ambi­tion et pro­jet pro­fes­sion­nel. Certes, il y a la vic­toire de Yang à Roland Garros, mais n’ou­blions pas qu’il avait déjà atteint la finale de l’o­pen d’Australie. Il y a éga­le­ment de plus en plus d’a­sia­tiques dans le top 100 fémi­nin, et puis la joueuse que j’en­traine : Yung‐Jan Chan qui est âgée de 18 ans, dans le top 100 en simple et le top 10 en double… 

Sur Wimbledon, Nadal vs Federer si tu as 100 dol­lars tu les place com­ment 50/50 ?
Je mise­rai effec­ti­ve­ment sur du 30/30/30 pour plu­sieurs rai­sons : Federer est chez lui a Wimbledon. C’est de très loin la sur­face qui lui réus­sit le mieux, il gagne le tour­noi chaque année, il ne peut pas être plus en confiance qu’a Wimbledon. Mais, il a fait un début de sai­son catas­tro­phique com­pa­ré aux autres années, et n’a gagné pour le moment, aucun titre majeur. Il est donc beau­coup moins serein qu’a l’ac­cou­tu­mée. De plus, sa place de numé­ro est véri­ta­ble­ment mena­cée s’il ne gagnait pas le tour­noi. Enfin, Djokovic est un véri­table pré­ten­dant : il joue a mer­veille sur gazon ou sa palette de coups lui per­met réel­le­ment de s’ex­pri­mer, il bouge très bien et son ser­vice le met a l’a­bri très sou­vent. Il a atteint les demi‐finales l’an der­nier, il a fait un superbe début de sai­son et est en pleine confiance. Nadal com­mence à avoir un ascen­dant psy­cho­lo­gique de plus en plus impor­tant sur Federer qui n’en finit pas de vivre des expé­riences néga­tives avec lui. Il se heurte régu­liè­re­ment au même type de pro­blème et ne trouve que rare­ment la solu­tion. L’an der­nier, il est passe très près de devoir dis­pu­ter un cin­quième set…

Instagram
Twitter