AccueilInterviewsSam Sumyk: « Amélie peut revenir »

Sam Sumyk : « Amélie peut revenir »

-

Sam Sumyk, le coach de Vera Zvonareva, rejoint l’équipe des blog­geurs de Welovetennis. Pour sa première inter­ven­tion, il revient pour nous sur la période diffi­cile que vit Amélie et sur les objec­tifs qu’il vise avec Vera. Tout au long de la saison, il reviendra pour vous, lecteurs assidus de WLT, sur les péri­pé­ties d’un coach trico­lore sur le circuit wta. Encore une fois, les lecteurs de WLT sont gâtés, merci aussi à Sam, qui de Los Angeles a répondu à nos questions !

Que penses‐tu de la situa­tion d’Amélie ?
J’ai toujours été un fan d’Amélie, aujourd’hui j’es­saye de comprendre ce qui lui arrive, en même temps je ne suis pas au coeur de son histoire, donc je n’ai pas tous les éléments pour analyser cette situa­tion. Il reste qu’Amélie est une sacrée joueuse, et je pense comme beau­coup de spécia­listes que sa carrière est loin d’être terminée. Je ne sais pas si elle pourra gagner un tournoi du Grand Chelem mais il est clair qu’elle a toutes les armes pour jouer à nouveau les premiers rôles. Après il est vrai qu’au­jourd’hui le circuit féminin que je connais bien a changé de visage, la concur­rence est rude, quand je constate que Vera, 9e mondiale, est seule­ment la 5e joueuse russe, tout est dit. Mais pour revenir à Amélie je pense qu’il y a encore des pistes à explorer, son jeu est complet, elle a des qualités que d’autres filles ne possèdent pas, et c’est très inté­res­sant, un coach cherche toujours un chal­lenge » Sam, que dis‐tu quand on te parle de la fragi­lité de Vera ?
Sérieusement, on en rigole car ce truc là, on me le sort toutes les semaines depuis deux ans, alors que c’est vrai­ment de l’his­toire ancienne, et fran­che­ment cela me saoule un peu, mais quand une image colle à la peau d’une joueuse, les médias ont du mal à en changer. Des joueuses qui pleurent sur un court il y en a beau­coup, et cela a toujours existé, résumer cela avec Vera, c’est ridi­cule. Mais peu importe, notre souci à nous c’est de nous quali­fier pour le Masters, aujourd’hui Vera est 10e donc tout est possible.

Instagram
Twitter