Accueil Interviews Serena Williams : « Srebotnik pour­rait être pre­mière ou deuxième mondiale »

Serena Williams : « Srebotnik pourrait être première ou deuxième mondiale »

-

Pour la pre­mière fois depuis 1999, Serena Williams ne pas­se­ra pas trois tours à Roland Garros. Une décon­ve­nue signée Katarina Srebotnik, qui a com­plè­te­ment étouf­fée l’Américaine, qui n’a­vait pour­tant per­du que trois matchs cette année.

Comment expliques-tu tous les coups « faciles » man­qués lors de ce match ?
C’est dif­fi­cile à dire, sur­tout que les volées et smashs man­qués l’é­taient sou­vent sur des points impor­tants. Pourtant, je n’é­tais ni fébrile, ni ner­veuse. J’ai per­du ma concen­tra­tion et elle a fait des coups incroyables. Je savais que cela allait être dif­fi­cile, mais je suis très déçue. J’espère que le dur tra­vail que j’ai fait cette année va me pro­fi­ter plus tard dans la saison. 

As-tu été impres­sion­née par son niveau de jeu ?
Elle jouait vrai­ment très bien, mais je le savais. Elle a par­fois fait des coups incroyables. Si elle fai­sait tout le temps des coups comme ça, elle pour­rait être dans les deux pre­mières mon­diales. Elle a joué un ten­nis incroyable, je ne peux pas ajou­ter grand-chose à ça. 

Avais-tu vu venir cette défaite ou pas du tout ?
Comme je l’a­vais dit lors des tours pré­cé­dents, je ne jouais pas bien. Je pen­sais pou­voir haus­ser mon niveau de jeu plus j’a­van­çais dans le tour­noi, mais cela n’a pas été le cas. 

Ta bles­sure au dos à Rome est-t-elle un loin­tain sou­ve­nir ou vas-tu pro­fi­ter de cette éli­mi­na­tion pour te repo­ser avant d’at­ta­quer Wimbledon ?
Non, je n’ai plus de dou­leurs nulle part, et ce n’est pas à cause de ça que j’ai per­du. Maintenant, je vais tout de suite me remettre à l’en­traî­ne­ment, comme d’ha­bi­tude. Je vais essayer de res­ter en forme, affû­tée phy­si­que­ment, pour réa­li­ser une bonne sai­son sur herbe. 

Article pré­cé­dentLa sur­prise Gulbis
Article sui­vantBenneteau qua­li­fié
Instagram
Twitter