AccueilJeux OlympiquesFélix Auger‐Aliassime, le mental, ça se travaille aussi…

Félix Auger‐Aliassime, le mental, ça se travaille aussi…

-

S’il y a un joueur qui en a fait des tonnes avant le tournoi olym­pique, c’est bien Félix Auger‐Aliassime. 

Et pour cause, en l’ab­sence de Denis Shapovalov et Bianca Andreescu et après son quart de finale à Wimbledon, c’est tout le tennis cana­dien qui s’est tourné vers lui. 

Cette pres­sion l’a visi­ble­ment perturbé. 

Alors qu’il s’était préparé à jouer Andy Murray, il a fina­le­ment dû croiser le fer avec l’Australien Max Purcell, qui a remplacé l’Écossais, forfait de dernière minute. 

Incapable de se libérer, Félix a sombré en deux manches (4–6, 6–7) face au 190e joueur mondial. 

Décidément, lors des matchs à gros enjeux, Félix a de vrais soucis d’ef­fi­ca­cité et de relâchement.

Instagram
Twitter