AccueilLe blog de la rédac'Arnaud Clément, c'est fini

Arnaud Clément, c’est fini

-

Battu en quali­fi­ca­tions hier à Wimbledon, Arnaud Clément a décidé de mettre un terme à sa carrière en simple. Le Français, ex‐numéro 10 mondial, aura donc disputé son dernier match face à Kenny de Schepper, hier, dans l’ano­nymat des courts en gazon de Roehampton. On le retrou­vera en double, à Wimbledon dans une semaine, aux côtés de Michael Llodra.

Une page se tourne. Arnaud Clément, fina­liste de l’Open d’Australie et vain­queur de la Coupe Davis en 2001, range ses raquettes. Âgé de 34 ans et aujourd’hui classé à la 142e place mondiale, l’Aixois a tout simple­ment perdu l’envie, comme il l’ex­plique dans L’Equipe ce mardi. « Préparer Roland et Wimb’, ça m’ex­ci­tait. Déjà, l’US Open, ça m’ex­cite beau­coup moins. Et puis je ne peux pas me permettre d’aller à New York, comme ça, la fleur au fusil. L’an dernier, j’ai joué des qualifs et des chal­len­gers pendant l’été. Là, honnê­te­ment, je n’ai plus envie. »

Il est vrai que depuis quelques temps, le Français luttait pour retrouver son tennis, écumant les tour­nois Challengers et autres qualifs de grands prix. Sorti du top 100 depuis janvier 2011, Clément avait d’ailleurs décidé il y a quelques mois de mettre un terme à sa carrière à l’issue de la saison 2012. Il n’ira donc pas au bout de cette dernière année sur le circuit. Sans regrets. « Bien sûr, j’ai peut‐être mis un peu plus de temps à faire mon sac à la sortie du court mais, fran­che­ment, je ne suis abso­lu­ment pas triste. Ce n’est pas puis­sant émotion­nel­le­ment. […] Je n’ai eu aucun pince­ment au coeur. Y a quand même des choses plus impor­tantes dans la vie non ? »

Arnaud Clément restera comme cet infa­ti­gable combat­tant, au physique d’acier, au jeu de jambes impec­cable et à l’hy­giène de vie irre­pro­chable. Grand passionné du jeu, et grand passionné tout court, l’Aixois a vécu ses 16 années sur le circuit en s’in­ves­tis­sant à fond. Vainqueur de 4 tour­nois (Lyon 2000, Metz 2003, Marseille et Washington 2006), héros de la campagne victo­rieuse de Coupe Davis en 2001 et lors du double de la finale face à la Serbie en 2010, « La Clé » est allé au bout de son poten­tiel. D’où son absence de regrets, d’où ce senti­ment de devoir accompli.

Mais Arnaud Clément est un homme de défi. Véritable amou­reux du tennis, il serait inca­pable de se couper tota­le­ment de ce monde‐là. L’Aixois s’est donc porté candidat à la succes­sion de Guy Forget en tant que capi­taine de Coupe Davis. Apprécié des joueurs, qui choi­sissent eux‐mêmes leur capi­taine, il fait office de grand favori pour occuper ce poste…même s’il refuse d’en parler ouver­te­ment. « Oui, j’ai discuté avec les mecs (Ndlr, les joueurs de l’équipe de France) qui sont venus me voir pour me poser des ques­tions » concède‐t‐il dans L’Equipe. Avant de tempo­riser : « Peut‐être qu’il y aura des réunions infor­melles pendant Wimbledon. Ou peut‐être pas. Mais fran­che­ment, ce soir (hier) je n’ai pas trop ça en tête. » Arnaud Clément sera fixé très prochai­ne­ment sur ce dossier. 

En atten­dant, il lui reste un double à jouer, à Wimbledon, avec Michael Llodra. « Je suis content de jouer avec lui ici. C’est ici que j’ai remporté mon seul titre du Grand Chelem en double. C’est sympa et c’est un beau clin d’oeil. » Alors bon vent et bonne chance, Arnaud !

Le livre « Grand Chelem, mon amour » est dispo­nible. Retrouvez les 40 matches de légendes de la décennie 2001–2011. Un livre de la rédac­tion de GrandChelem/Welovetennis.

Article précédentTerminé pour Benneteau
Article suivantFerrer tranquille