AccueilLe blog de la rédac'Attention ça balance !

Attention ça balance !

-

La fin de saison est aussi celle du bilan, et des régle­ments de comptes. Après les attaques diverses et variées sur la qualité tennis­tique de la nouvelle star Gilles Simon, voila que la famille du tennis se déchire à nouveau sur le cas Gasquet, les wild‐cards, le futur président, la tenue du Masters France, à côté de cela, Dallas c’est du pipi de chat.

Trainer ses guères sur le circuit,c’est aussi prendre avec des pincettes des infor­ma­tions que l’on vous livre ça et là pour faire monter la pres­sion. Il reste qu’avec le recul et un peu d’ex­pe­rience, il est clair qu’il est diffi­cile de ne pas en tirer de vraies conclu­sions sur l’am­biance qu’il règne au sein de la « commu­nauté trico­lore tennistique ».
Toute la semaine donc sur le GPTL, j’ai glâné, classé, pas publié des petits scoops offerts par quelques infor­ma­teurs. Cela m’a permis d’as­sem­bler un puzzle et de décrypter avec plus de matu­rité et d’ob­jec­ti­vité certaines décla­ra­tions et autres bruits de couloirs. Après, ce travail est tout à fait personnel, il n’en­gage que moi, mais il méri­tait avant que tout cela ne s’en­flamme que je mette les choses à plats. 

Mathieu a raté le wagon et ça le fait chier !

Déjà quand Richard Gasquet faisait la une de Tennis Magazine, PHM avait eu un coup au moral, lui qui ne rêve que d’être sur la plus haute marche du podium. « Je ne joue pas pour être tren­tième, le temps presse » a expliqué l’Alsacien après sa défaite face à Andreev. Et on le comprend, PHM a raté tous les wagons, celui de la Coupe Davis, celui des exploits, celui du jeu, alors ces remarques sur Gilles Simon (NDLR : Il a pas un jeu qui me trans­cende) sont excu­sables tant le gamin navigue en eaux troubles, peu soutenu par un team Lagardère où certains « cadors » qui n’en sont pas, font la loi.

Llodra, star de la double bande

Il y a une scène un peu hallu­ci­nante qui s’est produite vendredi dernier au palais des sports de Gerland. Entre le premier match de la session de nuit et le dernier du « jour » il y avait un peu de temps. Et là, on ne sait pour­quoi, enfin presque, voila que notre gaucher rentre sur le central avec son entrai­neur Malcor. Quelques minutes plus tard sous les houra de la foule, Llodra s’en­traine au service en visant des tubes de balles, l’ex­hi­bi­tion est ridi­cule, inutile. Au début de la semaine, le même Llodra nous avait confié : « Simon a un humour particulier »

Team Lagardère/FFT : le combat continue

Au milieu de la bataille média­tique, et des résul­tats, il y a une vraie certi­tude aujourd’hui, c’est celle du palmarès. Simon est entrainé à la FFT par Thierry Tulasne, Tsonga par Eric Winogradsky toujours à la même FFT, Monfils vit sa vie, et Richard Gasquet est coaché par Guillaume Peyre qui vient direct de l’aca­démie Mouratoglou. Et si le DTN est conti­nuel­le­ment attaqué, la certi­tude des résul­tats notam­ment des joueurs label­lisés FFT n’est pas obli­ga­toi­re­ment le fruit du hasard. « Un jour, Patrice m’a détaché à 100% sur Gilles en me disant que ce gosse avait de l’avenir, donc aujourd’hui je le dis, c’est simple » nous a confié Thierry Tulasne.

Masters France, pour­quoi tant de haine !

« Le Masters France, c’est une histoire de potes, mais c’est aussi du busi­ness », voila comme Gilles Moretton nous a défini l’opé­ra­tion Masters France. « No comment » répond Patrice Dominguez quand on lui demande ce qu’il pense de cette compé­ti­tion, qui a le label FFT, mais qui reste une exhi­bi­tion de premier choix avec des prize moneys de folie (80000 euros pour le vain­queur). « Tout le monde me demande une wild card » rapp­porte Jean‐Louis Haillet, on comprend pour­quoi, on comprend aussi pour­quoi le palais des sports de Toulouse sera complet pendant trois jours, tout simple­ment parce que la formule arrive au bon moment et que le tennis a besoin d’une grande fête populaire !

Instagram
Twitter