Accueil Le blog de la rédac’ Bon, je sais il est 4H42.…

Bon, je sais il est 4H42.…

-

Il est tard ou tôt pour s’ex­pri­mer sur une jour­née assez excep­tion­nelle, mais peu importe, y’a pas d’heure pour com­men­ter, donc place à mon ana­lyse en quelques points d’une jour­née assez fascinante.

Je rêve d’un 8e de finale sans Arnaud Lagardère, certes pas­sion­née et bron­zé mais dont la pré­sence dans la VIP box donne une dimen­sion sur­di­men­sion­née à un 8e de finale de Wimbledon, car un 8e de finale à Wimbledon, cela n’est au final qu’un 8e de finale, et qu’il ne faut pas oublier que le gamin d’en face à part le fait qu’il fasse vibrer l’u­nion jack n’a jamais rem­por­té le moindre Grand che­lem, n’a jamais titiillé les plus grands en 5 sets.

Je rêve de voir le grand Marat regar­der dans les yeux Roger Federer et lui dire : « Mon gars, j’ai trop souf­fert, j’aime trop ce jeu pour te lais­ser sou­rire entre deux échanges, j’aime trop ce sport pour ne pas t’as­sé­ner un gros coup droit quand ta balle est courte »

Je rêve de voir un joueur petit, rigo­lo, déjà fina­liste en Australie, se dire, : « merde c’est à nou­veau pos­sible » le tout avec un ban­da­na, des lunettes de soleil alors qu’en Angleterre, les seules per­sonnes qui en portent, partent début juillet en vacances sur la côte d’Azur

Enfin, je rêve de voir la sélec­tion espa­gnole dans les gra­dins du Center Court pour la finale de Rrafa face à Federer, je rêve de voir Torres se lever sur chaque coup gagnant, de voir Casillas applau­dir avec son fameux gant gauche à 4 doigts, d’i­ma­gi­ner la colère d’Aragones res­té devant les portes du stade une fois que le gar­dien prin­ci­pal ait com­pris que le mec ne s’ha­bille­ra jamais en blanc..

Article pré­cé­dentClément en quarts de finale !
Article sui­vantLe pro­gramme de mardi
Instagram
Twitter