Accueil Le blog de la rédac’ Boutter :« Dans le dernier set, j’ai commencé à servir alors que c’était…

Boutter :« Dans le dernier set, j’ai commencé à servir alors que c’était au tour de Roger Federer »

-

Nous avions eu un long entre­tien en 2012 avec Julien Boutter, le direc­teur du Moselle Open au sujet de Roger Federer. Notamment parce qu’il avait été celui qui l’a « accom­pagné » pour le premier titre de sa carrière. C’était il y a 20 ans, jour pour jour à Milan, ce jeudi 4 Février 2021. On a donc décidé de vous proposer à nouveau ce contenu car il reste d’actualité. 

Tu gardes un souvenir vivace de ta finale à Milan, face à Roger Federer ?
Bien sûr, oui, je m’en souviens très bien, même si ça ne date pas d’hier (rires). Je me rappelle que je n’avais pas très bien joué cette semaine‐là, mais je savais aussi que la surface était très avan­ta­geuse pour mon jeu. Ce tournoi comp­tait dans mon calen­drier. Après avoir beau­coup lutté dans les tours précé­dents, je suis parvenu à trouver mon rythme. Et ma quali­fi­ca­tion pour la finale était plutôt méritée. C’était la première de ma carrière. A l’époque, Roger Federer était connu pour son talent, il était classé dans le top 30, mais n’avait pas encore eu la chance de soulever un seul trophée. C’était aussi le Federer des débuts. Sur cette surface rapide, il était très porté vers l’avant. Je savais que le match allait être essen­tiel­le­ment une conquête de terrain.

Ce tournoi, c’était un vrai tournoi indoor…
Pour le coup, oui, on jouait sur du Taraflex, avec des balles vives. Les instances inter­na­tio­nales n’avaient pas encore décidé de modi­fier la vitesse. Roger faisait partie de ces vrais atta­quants. Quatre fois sur cinq, il était en phase offen­sive. A la moindre occa­sion, il se ruait au filet et mettait énor­mé­ment de pres­sion sur son adver­saire. Avec le recul, il avait un jeu calqué sur celui de Pete Sampras. Il cher­chait conti­nuel­le­ment à écourter l’échange. De plus, son service était très performant. 

Dans quelle ambiance s’est jouée cette finale ?
Le tournoi de Milan, qui n’existe plus main­te­nant, était vrai­ment un bel événe­ment. Les orga­ni­sa­teurs aimaient le proto­cole. Je me souviens qu’avant de débuter, nous avions eu droit aux hymnes de chaque pays. C’était plutôt émou­vant. D’ailleurs, je ne me rappelle pas avoir entendu la Marseillaise une autre fois pour l’un de mes matches ! (Rires) Aujourd’hui, un grand pays comme l’Italie n’a plus de tour­nois ATP dans la période indoor, je trouve ça un peu dommage. 

C’était aussi les débuts du scoring élec­tro­nique…
Oui, les arbitres commen­çaient à utiliser des boitiers. Et, comme pour toute petite révo­lu­tion, il y a eu quelques soucis…

De quel genre ?
C’est Lars Graf qui offi­ciait sur la chaise d’arbitre. Il ne m’a parlé de ces petits problèmes que cinq ou six années plus tard… Mais je dois bien avouer que je n’avais rien remarqué durant mon match. Après coup, je trouve ça plutôt dingue !…

« Dingue » ? Pourquoi ? Tu ménages le suspense, là…
En fait, le duel était serré. Je gagne le deuxième set au tie‐break, après avoir perdu le premier. Et, comme j’avais commencé à servir dans le jeu décisif, j’aurais dû débuter le dernier set à la relance. Or, j’ai commencé à servir alors que c’était au tour de Roger. Je ne dis pas que je l’aurais emporté, mais je trouve ça plutôt drôle. Lars a été gêné de m’expliquer tout ça… Mais rassure‐toi, je lui ai pardonné ! (Rires)

Ce n’est pas plus histo­rique de l’avoir perdu, cette finale, avec le recul ? (Rires)
Tu es sérieux ? Tu rigoles ! (Rires) Quand tu es en finale, ton objectif, c’est de soulever la coupe. L’avantage de cette défaite, c’est que c’est moi qui ai déclenché sa fabu­leuse série (NDLR : Roger Federer compte, à ce jour, 76 titres sur le circuit) – et que je le lui rappelle à chaque fois qu’on se croise ! Sans avoir créé un lien parti­cu­lier avec lui, c’est un vrai clin d’œil. De toute façon, ce mec est incroyable et d’une simpli­cité décon­cer­tante. Son autre grande qualité, c’est qu’il a une mémoire folle. Il se rappelle de tous nos duels et même de certains points. Roger aime le tennis, ça se sent. Ce sport respire en lui. Mais pour revenir à ta ques­tion, oui, avec le recul, ça me permettra de raconter une histoire à mes enfants. A l’époque, on savait qu’il était doué. Très doué, même. De là à penser qu’il allait remporter autant de titres et rester au sommet aussi long­temps… Ce n’était pas écrit !

Comment tu as accueilli son dernier titre en Grand Chelem, à Wimbledon ?
Avec un cri de joie !… J’ai retrouvé en demi‐finale, face à Novak, et en finale, le vrai Federer. Du moins, celui que j’aime.

Et c’est quoi, « le vrai Federer » ?
Celui qui rentre dans le court, celui qui cherche à faire mal. Et non celui qui te regarde dans les yeux en se disant qu’il va te battre à ton propre jeu. Comme Roger sait que le temps passe, j’ai l’impression qu’il a tendance à ne plus surjouer quand il est en danger, mais à retrouver son instinct. C’est cet instinct ou, plutôt, cette capa­cité à inventer et à créer qui lui a réel­le­ment permis de devenir un grand cham­pion. Et plus que de mental, je parle de tech­nique, de prises de balles et de choix tactiques. Car, en‐dehors de ça, il possède un calme décon­cer­tant. De ce point de vue‐là, c’est toujours un exemple, qu’il l’emporte ou qu’il rende les armes. 

D’une certaine manière, comme tu le dis, les condi­tions de jeu dictées par le circuit n’ont pas favo­risé ce type de compor­te­ment sur la deuxième partie de sa carrière…
C’est vrai et je le déplore un peu. Le chan­ge­ment a été peut‐être trop radical. Et inutile de dire que j’aime le tennis quand on attaque – c’était ma filière. Alors, quand je vois Roger monter à nouveau au filet, ça me fait vrai­ment plaisir ! D’autant que c’est un sacré volleyeur. 

Tu as souvent expliqué que Roger manquait d’audace, sur terre battue…
Je reste persuadé qu’il est un très grand joueur sur terre battue. D’ailleurs, quoi qu’on dise, ses résul­tats le prouvent et il est né sur cette surface. Je me rappelle de sa dernière finale, à Roland Garros, face à Rafael Nadal. Il avait démarré à 100 à l’heure, break en poche dans le deuxième set, après avoir asphyxié l’Espagnol dans le premier. J’étais chaud bouillant et…

Et il a décidé de reculer un peu, de se laisser torturer sur son revers. Dans un premier temps, Rafael Nadal est revenu au score. Puis, il est passé devant et la finale était terminée. Moi, c’est comme ça que j’ai analysé ce match, vu des tribunes. Autant te dire que j’étais un peu énervé.

Pour toi, il est le plus grand de tous les temps…
Je vais être sincère : je suis comblé, j’ai eu la chance de le jouer et aussi de le battre (rires) (NDLR : en 1999, au Challenger de Grenoble, Boutter bat Federer 4–6 6–2 6–3). Aujourd’hui, il porte notre sport. Il a permis qu’il soit encore plus popu­laire. Roger est une icône, un homme de valeurs. Quand il va partir, il va y avoir un vide. Alors, quand je le vois aussi motivé par les Jeux Olympiques à Londres, aussi frin­gant sur ciment, j’espère juste qu’il pourra rester un petit peu plus de temps tout en haut du tennis mondial. Mais je préviens aussi tout le monde… Profitez‐en, car, un jour, il sera bien obligé d’arrêter. A ce moment‐là, seules ses victoires et ses coups magiques demeu­re­ront éternels. 

Instagram
Twitter