AccueilLe blog de la rédac’Boycott JO : Qui sur le circuit bran­dira le premier la flamme…

Boycott JO : Qui sur le circuit brandira le premier la flamme !

-

Concernant le boycott des JO, le consensus est visi­ble­ment unanime du côté des géopo­li­ti­ciens, ce n’est pas aux spor­tifs de payer. Un discours d’ailleurs relayé par notre torpille trico­lore Alain Bernard. Pour l’ins­tant sur ce sujet, le débat est absent sur la planète tennis, très occupée par le Masters Série de Miami. Mais quelque chose nous dit que les premières décla­ra­tions ne vont pas tarder à tomber, on est peut‐être opti­miste, c’est vrai !
De Santoro à Federer, tous ne parlent que de ça, ne pensent qu’à ça : les Jeux Olympiques. Le Suisse en a fait un objectif majeur de sa saison, Santoro, l’apo­théose d’une carrière si ce n’est histo­rique,  mémo­rable. En revanche, du côté ricain, la messe est dite puisque Andy Roddick a décliné l’in­vi­ta­tion probable en expli­quant vouloir préparer à fond la défense de son titre à Washington (!) et que derniè­re­ment Patrick McEnroe, coach de l’equipe en Grèce ne veut pas renou­veler l’ex­pe­rience. Il sera remplacé par l’im­mense Jay Berger (rappelez vous cette prépa­ra­tion au service !). 

Pour l’ins­tant l’idée du boycott couve tran­quille­ment au sein de la scène inter­na­tio­nale et devrait logi­que­ment prendre de l’am­pleur dans le monde sportif même si celui‐ci semble beau­coup plus muselé par une logique marke­ting impla­cable que par le passé. Si Jacques Rogge, toujours suivi par l’ina­mo­vible et « non respec­table » Antonio Samaranch, se cache derrière le parapet du « nous ne sommes pas une orga­ni­sa­tion non gouver­ne­men­tale », la lumière pour­rait arriver par le biais d’une décla­ra­tion d’un leader sportif charis­ma­tique. Et c’est là que se situe le problème et ce tout en allant au‐delà des courts de tennis, ce leader charis­ma­tique n’existe pas.

Instagram
Twitter