Accueil Le blog de la rédac' Désuet, charmant, ou dépassé, il faut choisir !

Désuet, charmant, ou dépassé, il faut choisir !

-

Roland Garros sous le soleil est toujours un petit bonheur, et ce vendredi n’a pas dérogé à la régle. Alors que la caravane se met doucement en place, les entrainements s’enchainent avec logiquement quelques surprises. Mais pour l’instant le débat est ailleurs…

Le Central est lumineux, le public clairsemé, les loges sont accessibles. Sur l’ocre, la nouvelle coqueluche tricolore accumule des frappes en retour, un bruit sourd rempli alors le Philippe Chatrier. Son coach, tête haute, statue grecque : Patrick Mouratoglou ne bronche pas. Sa championne est en forme, ça se voit, ça se sent. Une mine à droite, une mine à gauche, quelques pas d’ajustements, et une vraie envie de bouffer le feutre : « Mets la moi plus à l’extérieur pour voir si j’y arrive » explique Aravane à son sparring. Il s’exécute, elle exécute. A la manière d’un joueur de base-ball cherchant le Home run, Aravane ne frotte pas la balle, ni la gifle, elle la détruit. Alors que les puristes y verront un manque criant de sens tactique, les fans eux chercheront juste à savoir si la balle est bonne. Et en ce moment, elle est souvent bonne. Le papa, jadis entraîneur, semble impassible, tranquille, presque souriant devant le spectacle offert par sa fille. La maman, plus à l’écart, dans les tribunes ne bouge un sourcil. Il faut dire que s’entrainer sur le Chatrier est un petit privilège d’autant qu’à Roland Garros trouver un court d’entrainement tient quasiment du miracle. Au final, le confinement de ce stade, sa petitesse, donne du charme au lieu, et tout le monde espère vivement que le déménagement n’est qu’un moyen de faire pression. A ce sujet, Jo-Wilfried Tsonga a donné clairement son avis : « Partir d’ici, non ! Du moins, je ne trouve pas que ce soit une bonne idée. Roland Garros est un lieu incroyable ! Si on déménage, il faudra juste trouver un autre nom car ce ne sera plus Roland Garros ! ». Un refrain que l’on risque d’entendre pendant quinze jours tant il semble que les joueurs soient unanimes. « L’avenir est ailleurs, on est trop conservateur, Roland Garros est presque ridicule si on le compare aux autres Grand Chelem ou même à d’autres tournois du circuit. Je dirais même que Roland Garros est dépassé » nous assène un organisateur de renom. Bref, on sent bien qu’avant d’en découdre sur le court, les esprits s’échauffent sur la polémique du moment. Pendant ce temps-là, Andy Murray pénètre sur le Central avec son team. Ils ne sont que quatre, rien que ça !

De votre envoyé spécial à Roland Garros

Instagram
Twitter