AccueilWTAEmma Raducanu, attention au syndrome Eugénie Bouchard...

Emma Raducanu, attention au syndrome Eugénie Bouchard…

-

Il y a des signes qui ne nous plaisent pas quand on analyse tout ce qu’il s’est passé autour d’Emma Raducanu après son exploit à New‐York. Cette « surmé­dia­ti­sa­tion » conju­guée à certaines déci­sions spor­tives ne présagent rien de bon si l’on se souvient de quelques expé­riences du passé.

On pense forcé­ment à l’ascension fulgu­rante d’Eugénie Bouchard, fina­liste à Wimbledon en 2014 et qui avait affolé tous les comp­teurs, ceux des pages people, du busi­ness du sport, du tennis. La suite, on la connait…

Une carrière qui n’aura jamais le lustre prévu et qui aura plus marqué l’his­toire des réseaux sociaux que celle des courts de tennis alors que tous les spécia­listes avaient juste­ment prédit l’inverse.

Bien sûr, on ne souhaite pas cela à Emma Raducanu qui a soufflé un vent de fraî­cheur assez incroyable avec ce titre à l’US Open. Il reste que si l’on compare les parcours d’Emma et Leylah depuis cet évène­ment, ils sont assez diffé­rents. Il est même certain que si la Canadienne l’avait fina­le­ment emporté, elle ne se serait pas présentée sur le tapis rouge de l’avant première du dernier film de James Bond. 

Certains rétor­que­ront qu’elle n’au­rait pas été invitée, et ils n’ont pas forcé­ment tort.

Mais au final, le métier d’une joueuse de tennis, peu importe sa « plas­tique », est toujours le même : taper le mieux possible dans une balle, progresser, et gagner des titres. 

Instagram
Twitter