AccueilLe blog de la rédac’Enfin, le bonheur du vacarme assour­dis­sant d’une tribune en feu

Enfin, le bonheur du vacarme assourdissant d’une tribune en feu

-

On a eu le droit en début d’année à une forme d’apéro avec un Open d’Australie bruyant puis silen­cieux. Comme un début d’une vie retrouvée notam­ment lors du match incroyable entre Kyrgios et Thiem. Car même si le public peut être bruyant en général, il trouve malgré tout un second souffle quand sur le court s’ex­prime un talent du cru. Alors s’en­tame un dialogue, une conver­sa­tion assour­dis­sante entre le héros et ses fans. 

Lorenzo Sonego a compris cela depuis bien long­temps et il en profité durant sa semaine histo­rique à Rome. Quel plaisir et quels fris­sons que notre tennis, celui d’un bonheur, d’un partage qui revient à la une dans la capi­tale italienne. 

Quel dommage qu’il soit obligé à nouveau de retrouver un silence presque de cathé­drale du côté de Lyon et Genève, voire à Roland‐Garros où il faut bien avouer que 1000 spec­ta­teurs sur le court Philippe Chatrier est une jauge tota­le­ment ridicule.

Instagram
Twitter