AccueilLe blog de la rédac'Et à la fin, c’est Djokovic qui gagne

Et à la fin, c’est Djokovic qui gagne

-

Novak Djokovic s’est imposé en finale du Master 1000 de Miami en dispo­sant d’Andy Murray, 6–1 7–6(4). Malgré une baisse de régime dans la seconde manche, le Serbe remporte le jeu décisif et inscrit son nom dans le palmarès des meilleurs joueurs du tournoi, derrière Agassi et Sampras. Rien que ça !

On crai­gnait que Andy Murray, qui a profité de deux forfaits dont celui de Rafael Nadal en demi‐finale, manque de rythme à l’entame de ce match face à Novak Djokovic. Et c’est malheu­reu­se­ment ce qu’il s’est passé lors de cette première manche. Seulement 55% de premières balles et 47% de points remportés derrière elles, l’Ecossais a concédé deux breaks dans la première manche. N’arrivant pas à prendre la service du Serbe, l’Ecossais avait beau pester, il n’y était tout simple­ment pas. Ne lais­sant que huit points sur son enga­ge­ment, le Serbe a quant à lui une nouvelle fois dominé le premier set, le concluant sur son premier ace du match. En moins de 50 minutes, le numéro quatre mondial partait avec un handicap d’un set et n’avait plus le droit à l’erreur.

Mais au second set, Djokovic ressort ses nouvelles habi­tudes, et flanche un peu. L’Ecossais commence à mieux servir et sauve trois balles de break lors de ses deux premiers jeux de service. Une chose qui commence à exas­pérer le Serbe qui, à trois jeux partout, jette sa raquette au sol. Pourtant, sur sa mise en jeu, Nole reste impé­rial, ne lais­sant aucune chance au numéro quatre mondial de pouvoir faire le break. Ce dernier, alors qu’il mène 4–3, 0–30 n’arrive pas à profiter de la baisse de régime du numéro un mondial. Lui aussi souffle, jure. On se dirige alors logi­que­ment vers un tie‐break. Mais Murray est crispé à l’entame de ce jeu décisif. Malgré un point magni­fique marqué pour recoller à 2–2, l’Ecossais craque en réali­sant une double faute juste derrière. Le Serbe, au moment de service pour le gain du tournoi, ne tremble pas et s’impose sur sa première occa­sion. Une victoire certe, mais avec un gros point noir : Nole a réalisé deux fois plus de fautes (38), que de coups gagnants (19). Il peut donc remer­cier Andy Murray d’avoir fait pire (39 fautes pour 16 winners).

Avec cette troi­sième victoire finale ici, Novak Djokovic inscrit ainsi son nom au palmarès des plus grands vain­queurs de ce Master 1000. Il côtoie Sampras et cible peut‐être les six victoires d’André Agassi à Miami. Mais une chose est sûre : malgré un tennis moins flam­boyant que l’année dernière, Nole reste le patron et garde son avance sur ses adver­saires. Attention à Monte‐Carlo où, pour la première fois de l’année, il n’aura aucun point à défendre et tout à gagner…

La tenue de Novak Djokovic, ici !