AccueilLe blog de la rédac'Et si Roger Federer...

Et si Roger Federer…

-

La Coupe Davis va mourir. Et c’est ainsi qu’en a décidé un contrat juteux qui va desservir l’his­toire de ce sport. Hélas, les sirènes du « n’importe quoi » l’ont emporté sur la concer­ta­tion et un aména­ge­ment intelligent.

Elle était le récep­tacle d’une certaine idée de notre sport préféré. Et même si chaque année, les plus grandes stars ne la jouaient pas, elle restait une grande dame que tous les vrais cham­pions du circuit voulaient chérir dans leurs bras. Certains criti­quaient son fonc­tion­ne­ment, d’autres pensaient déjà qu’il fallait la trans­former en une Coupe du monde. Au final, c’est le PDG de Rakuten qui a tranché avec un contrat de 3 milliards sur 25 ans. Dans toute l’his­toire du sport, il y a toujours eu des argen­tiers peu scru­pu­leux pour nous faire croire au miroir aux alouettes. Sauf que ce miroir peut se briser au grès d’une crise moné­taire, d’un krach bour­sier ou d’une faillite, les exemples sont nombreux. Alors, qui faut‐il accuser ? Les joueurs ? Les membres du board de l’ITF ? Ou carré­ment Gérard Piqué ? Et surtout, est‐il trop tard pour voir une levée de boucliers ?

Roger, au secours…

Il y a quelques années à Monte‐Carlo, les joueurs s’étaient réunis pour défendre le tournoi que l’ATP voulait rétro­grader. Le leader de cette guérilla se nommait Roger Federer. Le Suisse soutenu aussi par Rafael Nadal avait alors parlé de tradi­tion, de respecter l’his­toire. Ce coup de force avait fonc­tionné et l’ATP avait su baisser la tête. Il sera donc inté­res­sant main­te­nant de voir les réac­tions de notre numéro 1 mondial sur cette affaire de Coupe Davis et ce d’au­tant que Roger est quand même à la tête de la Laver Cup. D’ailleurs, il est évident que si Roger Federer décide de prendre part aux débats, la donne risque bien de changer. Mieux, le Suisse pour­rait dans un élan de géné­ro­sité parti­ciper aux barrages pour sauver la Suisse de la relé­ga­tion et expli­quer, raquette à la main, que la Coupe Davis est un monu­ment que l’on a pas le droit de faire tomber.

Bon ok, on a le droit de rêver…

Article précédentHerbert héroïque
Article suivantL’ambiance c’était ça…