AccueilLe blog de la rédac’Federer, la terre battue, est‐ce bien utile ?

Federer, la terre battue, est‐ce bien utile ?

-

Deux petits tours à Doha et puis s’en va. Revoir Roger Federer fut un plaisir, et bien que nous pensions déjà le retrouver à Dubaï, le Suisse a fina­le­ment renoncé. Les ques­tions sur la suite de son calen­drier fusent désor­mais. Roger et son staff ont prévu un gros bloc de travail d’un mois avant d’à nouveau jouer. Et dans un mois aura lieu Monte‐Carlo. Comme il l’a dit lui‐même il y a quelques jours, le maestro n’aura « pas d’autres choix que de jouer sur terre battue » s’il veut disputer des matchs. Et prendre du rythme, monter en régime avant son grand objectif : Wimbledon. 

Mais est‐ce fina­le­ment une bonne chose pour Roger de multi­plier les tour­nois sur terre, et disputer Roland où ses chances d’aller au bout, sont minimes, alors même que son objectif se situe là où il pense sûre­ment encore pouvoir gagner un 21ème sacre en Grand Chelem ? 

Rafael Nadal avait lui décidé en 2020 de faire l’im­passe sur l’US Open et Cincinnati avant d’en­chaîner direc­te­ment Rome et Roland‐Garros, s’en­traî­nant de longues semaines sur ocre. Le contexte est certes tota­le­ment diffé­rent, tant Rafa reste domi­nant Porte d’Auteuil, au contraire de Federer à Wimbledon. Surtout avec quelques années de plus, et une période d’arrêt beau­coup plus longue. 

Mais des miracles de Roger Federer sur terre battue ne sont pas attendus. Une défaite au 2ème ou 3ème tour à Roland serait presque normale. Alors qu’a‐t‐il à perdre ? Il saura gérer ses efforts pour ne pas se blesser et arriver dans les meilleures condi­tions à Halle puis à Wimbledon.

Instagram
Twitter