AccueilATPFederer, pas de bras, pas de chocolat ?

Federer, pas de bras, pas de chocolat ?

-

Roger a du réseau. Il faut dire qu’il connait bien les jour­na­listes qui comptent et aussi les médias qui peuvent l’aider à faire passer des messages. Ambassadeur du tourisme en Suisse, Roger n’a pas hésiter à dégainer avec une inter­view donnée au fabu­leux New York Times. On a sélec­tionné pour vous le passage sur le chocolat car il va vous permettre de comprendre le degré d’in­ves­ti­ga­tion de cet entre­tien 100% helvé­tique. Extraits.

Quand vous revenez en Suisse de l’étranger, quels sont les plats ou les frian­dises suisses dont vous rêvez ? Et si cela inclut le chocolat, êtes‐vous plutôt un chocolat au lait ou un chocolat noir ?

« Je vais dire forcé­ment le chocolat. Tu dois aimer le chocolat si tu es Suisse. Au début, j’étais blanc, puis j’étais chocolat au lait, et main­te­nant je suis même attiré par le chocolat noir. J’aime tout ça. Ensuite, j’aime le Bündner Nusstorte, qui est comme une tarte aux noix de la région des Grisons. Et puis, bien sûr, il y a le rösti, un plat de beignets de pommes de terre. Nous avons un plat appelé Zürcher Geschnetzeltes qui ressemble à de la viande hachée avec une sauce aux cham­pi­gnons, et j’adore manger du cordon bleu. »

L’avantage avec ce type de révé­la­tions, c’est que l’on a un survol rapide de la culture culi­naire du pays d’ori­gine d’un cham­pion. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le New York Times avait visi­ble­ment pris « commande ».

Instagram
Twitter