J’ai peur !

-

En décembre 2009, nous vantions dans les colonnes du numéro 15 de GrandChelem la formi­dable santé du tennis fran­çais. Six mois plus tard, on serre les fesses avant que ne débute le tournoi. D’autant que le tirage au sort a été plus que sévère pour nos Frenchies.
Parmi les 19 Tricolores en course, exceptés nos deux leaders Tsonga et Monfils, force est de constater que cela va être chaud, voire très chaud. Au final, c’est notre « coque­luche » Stéphane Robert qui s’en sort le mieux au jeu du tirage au sort. Il rencontre, demain, un qualifié germa­nique répon­dant au doux nom de Kamke : « Ce nom me dit quelque chose. Je l’ai vu performer sur les Challengers » m’a expliqué un jour­na­liste chevronné, lecteur assidu de Welovetennis. On a donc essayé d’aborder le sujet avec son coach, Ronan Lafaix, proche de la galaxie Welovetennis. Mais notre demande n’a pas été jugée rece­vable. Un Breton, il faut le savoir, s’ex­prime rare­ment avant les matches, et si peu après (rires). Le cas Robert réglé, il nous reste Gulbis face à Benneteau (aïe !), Soderling‐Recouderc (ouille), Mathieu‐Granollers (là, on connait la chanson), Anderson‐Roger Vasselin, De Bakker‐Patience … 

Autant dire que je l’avoue sans honte : j’ai peur ! J’ai peur de ne pas pouvoir me fixer sur la fameuse surprise trico­lore, et peur de l’état de forme de Gaël depuis l’in­ter­view accordée à l’Equipe : « Une fois de plus, j’ar­rive à Roland avec une prépa­ra­tion loin d’être idéale. Et ce n’est pas parce que ça avait marché les deux dernières fois que ça va rigoler ce coup‐ci. Si ça se trouve, je vais prendre une « olive » dès le premier tour ». Rien de bien rassu­rant… Je force alors le destin en me disant qu’un qualifié est toujours la possible surprise. Benoit Paire, par exemple. « C’est un joueur qui a du talent, vrai­ment, s’il sait se cana­liser. C’est fort ! Mais il n’est pas tout jeune » me confie un expert dans le creux de l’oreille. Passer l’obs­tacle Mahut qui a encore eu une Wild Card ou Ouanna qui risque de plonger après Roland, pointe Serra qui devrait jouer Verdasco au second tour, Clément dont les adieux s’éter­nisent un peu. Enfin Chardy qui fait une saison blanche affron­tera Hewitt toujours sur le circuit. Le Palois pour­rait aussi dégrin­goler après Stuttgart. Rien de bien foli­chon vous en convien­drez. Enfin l’ef­froi ultime c’est le duel Mina (653e)-Nadal. Une terrible angoisse, celle de la fessée décu­lottée. La même qui avait terrassé Thierry Champion face à Sergi Bruguera. Je vous fais grâce des détails, les spécia­listes compren­dront. Ce serait terrible et injuste. Surtout pour le jeune fran­çais, qui dans l’in­ter­view qu’il nous a accordée, nous a avoué adorer un joueur sur le circuit : Rafael Nadal ! Le destin est parfois cruel !


De votre envoyé spécial à Roland Garros

Instagram
Twitter