AccueilLe blog de la rédac’L’attitude de Djokovic est‐elle défendable ?

L’attitude de Djokovic est‐elle défendable ?

-

Hier, Novak Djokovic s’est incliné en quart de finale à Vienne face à Lorenzo Sonego, 42ème mondial en deux manches 6–2, 6–1. On a jamais senti le Serbe concerné par le match et dès le début beau­coup de spécia­listes ont même évoqué une possible bles­sure tant le numéro 1 mondial était loin de son niveau habituel. 

Une fois la balle de match pliée par l’Italien, on s’at­ten­dait donc à une expli­ca­tion du Serbe. Et elle vint rapi­de­ment puisque Nole expliqua avec beau­coup d’aplomb que sa venue en Autriche était liée à l’idée de conserver en fin d’année sa place de numéro 1 mondial, qu’en rentrant sur le court, il savait que c’était donc déjà le cas. 

Beaucoup ont donc conclu logi­que­ment qu’il avait balancé le match pour rapi­de­ment pouvoir rentrer chez lui en Serbie afin de préparer le dernier rendez vous de cette saison : le Masters à Londres. 

Supposition qui s’est avérée exacte puisque Nole le confirma au micro lors de sa confé­rence de presse après avoir aussi féli­cité son adver­saire trop « fort » ce vendredi.

Inutile de dire que ce petit théâtre a enclenché un mouve­ment de « dégoût » autour de l’at­ti­tude du Serbe. 

Et l’on pense cyni­que­ment qu’il aurait mieux valu feindre une bles­sure invé­ri­fiable, au lieu de jouer la carte de la sincérité. 

Notre conclu­sion est simple, soit Nole s’amuse toujours d’une situa­tion qui lui permet de porter sur ses épaules le statut de martyr et de mauvais garçon, soit il n’est pas correc­te­ment conseillé, soit il n’a pas compris le rôle d’un numéro 1 mondial. 

Quelque soit l’op­tion choisie, elle ne peut pas être une excuse. Et sur ce coup là, il est évident que Novak Djokovic est indéfendable.

Instagram
Twitter