AccueilLe blog de la rédac'Le débat du huis clos est relancé

Le débat du huis clos est relancé

-

Il a suffi d’une phrase autour du huis clos possible à Roland‐Garros du président de la Fédération fran­çaise de tennis dans le Journal du Dimanche pour que le débat soit relancé. 

Aujourd’hui, L’Equipe a donc consacré une page sur le sujet avec les avis éclairés de Caroline Garcia, Julien Benneteau, Fabrice Santoro, Arnaud Clément voire de Lionel Chamoulaud. Tout le monde tire dans la même direc­tion et enfonce presque une porte ouverte en expli­quant que sans le public le tennis n’a pas la même saveur, ni la même inten­sité. Bref que le haut niveau se nourrit des fans, qu’ils font partie du spec­tacle et que sans eux la « pres­ta­tion » n’a pas la même saveur. Difficile en effet de dire le contraire.

Mais la ques­tion est fina­le­ment plus simple : que faut‐il sacri­fier ? Et quelles pour­raient être les consé­quences d’un Roland‐Garros à huis clos ? Non pas écono­mi­que­ment, car ce débat est main­te­nant compris sur son rôle dans l’éco­sys­tème trico­lore. Quelles seraient les réper­cus­sions en terme d’image d’un tournoi avec les tribunes vides et le bruit de la balle qui raisonne dans un court central silencieux ? 

On risque vite de le savoir car si le calen­drier de la pandémie continue sur ce rythme, il est certain que d’autres orga­ni­sa­teurs pren­dront le risque avant Roland‐Garros et que l’on pourra alors tirer un bilan de ces expé­riences et peut‐être habi­tuer le public, ou au contraire, ne pas s’en­gager sur sur chemin. Le débat est éternel.