Accueil Le blog de la rédac' Le paradoxe de Rafa

Le paradoxe de Rafa

-

Le numéro 1 mondial a annoncé son programme sur terre battue. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est titanesque, certains diront « surhumain ».
Monte-Carlo, Barcelone, Rome, Madrid, soit 4 tournois et seulement deux semaines de repos dont une pour préparer le « French Open », Rafael Nadal a choisi de ne pas se ménager. Les raisons sont multiples, des contractuelles pour les ATP 1000, et des « sentimentales » pour Monte-Carlo qui l’a vu naitre comme grand champion, et Barcelone le club où il possède un vestiaire à son nom. Avec en plus l’ajout cette année de Madrid basé dans un nouveau complexe, on comprend aisément que Rafa va avoir du mal à faire une impasse. L’an dernier, l’Espagnol avait de toute façon le même itinéraire pour parvenir en grande forme à Roland Garros puisqu’il avait aligné 3 titres (Monte-Carlo, Barcelone, Hambourg) perdant au premier tour à Rome, blessé au pied face à Ferrero. « Je suis vraiment content de revenir sur terre » a expliqué le numéro 1 mondial à l’issue de son quart de finale perdue face à Del Potro où exceptionnellement tous les frères de Toni étaient venus le soutenir, juste avant qu’il lâche en conférence de presse qu’une raison personnelle ne l’avait pas mis dans des conditions exceptionnelles pour ce tournoi. On va d’ailleurs vite savoir si cette « affaire » est réglée car Rafa a toujours très bien joué sur le Rocher. C’est simple, il n’a qu’une défaite pour 24 victoires et 4 titres, trois face à Federer, un contre Guillermo Coria. Comme en plus nous y serons, cela sera encore plus simple pour évaluer la forme du natif de Manacor. On va également tenter d’aller à la rencontre des trois joueurs présents là-bas qui nous semblent en mesure de faire vasciller Rafa sur terre cette année : Monfils, Murray, et Verdasco. Chouette programme !

Article précédentObjectif Monte-Carlo !
Article suivantDirection l’AMSUD
Instagram
Twitter