AccueilLe blog de la rédac’Le para­doxe de Rafa

Le paradoxe de Rafa

-

Le numéro 1 mondial a annoncé son programme sur terre battue. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est tita­nesque, certains diront « surhu­main ».
Monte‐Carlo, Barcelone, Rome, Madrid, soit 4 tour­nois et seule­ment deux semaines de repos dont une pour préparer le « French Open », Rafael Nadal a choisi de ne pas se ménager. Les raisons sont multiples, des contrac­tuelles pour les ATP 1000, et des « senti­men­tales » pour Monte‐Carlo qui l’a vu naitre comme grand cham­pion, et Barcelone le club où il possède un vestiaire à son nom. Avec en plus l’ajout cette année de Madrid basé dans un nouveau complexe, on comprend aisé­ment que Rafa va avoir du mal à faire une impasse. L’an dernier, l’Espagnol avait de toute façon le même itiné­raire pour parvenir en grande forme à Roland Garros puis­qu’il avait aligné 3 titres (Monte‐Carlo, Barcelone, Hambourg) perdant au premier tour à Rome, blessé au pied face à Ferrero. « Je suis vrai­ment content de revenir sur terre » a expliqué le numéro 1 mondial à l’issue de son quart de finale perdue face à Del Potro où excep­tion­nel­le­ment tous les frères de Toni étaient venus le soutenir, juste avant qu’il lâche en confé­rence de presse qu’une raison person­nelle ne l’avait pas mis dans des condi­tions excep­tion­nelles pour ce tournoi. On va d’ailleurs vite savoir si cette « affaire » est réglée car Rafa a toujours très bien joué sur le Rocher. C’est simple, il n’a qu’une défaite pour 24 victoires et 4 titres, trois face à Federer, un contre Guillermo Coria. Comme en plus nous y serons, cela sera encore plus simple pour évaluer la forme du natif de Manacor. On va égale­ment tenter d’aller à la rencontre des trois joueurs présents là‐bas qui nous semblent en mesure de faire vasciller Rafa sur terre cette année : Monfils, Murray, et Verdasco. Chouette programme !

Article précé­dentObjectif Monte‐Carlo !
Article suivantDirection l’AMSUD
Instagram
Twitter