AccueilLe blog de la rédac'Le Retour du Jedi ou un Nouvel Espoir ?

Le Retour du Jedi ou un Nouvel Espoir ?

-

Comme durant toute cette quinzaine, la rédaction vous livre à travers son blog de la rédac’ son ressenti sur les événements de la journée écoulée. Une victoire, une défaite, une personnalité, un fait de jeu, une décla’… Tout est bon pour être passé au crible du jugement – qui n’engage que son auteur – des membres du site. Ce soir, Simon s’y colle (encore, et oui) avec la bande‐annonce du duel tant attendu entre Rafael « Kenobi » Nadal et Novak « Skywalker » Djokovic.

Il n’y a pas si long­temps que ça, mais bien dans une galaxie loin­taine, très lointaine…

C’est une époque de lutte sans merci pour un pouvoir que seuls deux hommes peuvent aujourd’hui se disputer. Opérant depuis sa deuxième place mondiale et une ligne de fond de court romaine, le rebelle Novak Djokovic a obtenu une première victoire sur l’im­pi­toyable Empire Nadalien il y a quelques semaines de cela. Au cours de la bataille, le belli­gé­rant est parvenu à dérober l’arme absolue de l’Empire : sa certi­tude sur terre battue. Une arme si puis­sante qu’elle se trouve capable de détruire le moindre adver­saire en l’es­pace d’une heure et demi et seule­ment trois manches.

Mais depuis, tout a changé. Revenu se ressourcer au sein de son Etoile Noire du Chatrier, l’empereur Rafael Nadal se montre plus puis­sant que jamais. Maîtrisant avec poigne La Force – qui, admettons‐le, semble s’équi­li­brer de son côté -, le voilà de nouveau capable d’écraser la rébel­lion comme cela lui est si souvent arrivé lors de ses précé­dents triomphes guer­riers. Maniant son sabre Babolat Aeropro Drive GT 2014 doté d’un plan de cordage 16X19, syno­nyme de puis­sance et de prise d’ef­fets (je m’emballe mais on a des contrats alors j’en profite), le tout avec dexté­rité, puis­sance et préci­sion, le terrible Nadal a su expé­dier tour après tour les insurgés Ginepri, Thiem, Mayer, Lajovic, Ferrer et Murray pour conserver sa main mise sur l’Empire. Mais c’était sans compter sur la dexté­rité et la pugna­cité de son plus grand rival : Novak Djokovic, qui lui aussi a su mener son vais­seau croi­seur jusqu’au Chatrier dans le but de mettre en péril la péren­nité de l’Empire. Tout du moins le tentera‐t‐il, vu ses premières diffi­cultés rencon­trées à quelques enca­blures du choc galac­tique de l’année face à Ernests « Sidious » Gulbis.

C’est désor­mais vers cet espace, que dis‐je, cette galaxie très loin­taine où nul autre tennisman ne peut aujourd’hui se hisser, que tous les regards vont à présent se tourner dès ce dimanche. L’Empire vacille ! Nadal fera‐t‐il son retour en Jedi triom­phant ? Djokovic sera‐t‐il le Nouvel Espoir qu’at­tendent les réfrac­taires au règne espa­gnol ? Bien plus que la prise stra­té­gique d’une place forte de la galaxie tennis, c’est une place d’Empereur qui est actuel­le­ment en jeu. Car on ne parlera pas d’équi­libre dans la Force, ni de bien ou de mal, et encore moins de côté obscur et clair. Les deux hommes sont loin de ces consi­dé­ra­tions. Seule la victoire compte. Seule la lutte compte.

A dimanche jeunes pada­wans. Et que la Force du tennis soit avec vous !

Tin‐tin‐tin‐tiiiiiin, tiiiiiiin, tin‐tin‐tin‐tiiiiiin, tiiiiiiin.…

    1. Federer a fait pleurer Nadal lors de son titre à Roland Garros 2009 !

    2. Nadal, pour écrire l’Histoire…

    3. Rafael Nadal au révé­la­teur Murray !

Article précédentKuerten, maître de stage
Article suivantOulaoup, Azarenka !