Accueil Le blog de la rédac' Le tennis est un sport d'égoïste, ce n'est pas vraiment une nouveauté

Le tennis est un sport d’égoïste, ce n’est pas vraiment une nouveauté

-

Le Zoom géant organisé par l’ATP s’est transformé en carnet de doléances. En l’absence d’ailleurs du Big 3 visiblement, chacun a voulu, à juste titre, avoir les réponses à ses questions alors même que le but principal était de trouver une solution concernant une éventuelle reprise du circuit. Cette cacophonie confirme juste que le tennis est un sport d’égoïste, ce qui n’est pas une nouveauté. C’est aussi ce qui en fait sa force et sa faiblesse. On pourra bien sûr blâmer Novak Djokovic qui ne veut pas se plier à une organisation drastique où tout le monde serait logé à la même enseigne, ou encore Serena Williams qui n’accepterait pas de jouer au tennis sans voir sa fille pendant trois semaines selon son coach Patrick Mouratoglou.

La vérité se situe sûrement ailleurs, mais il est évident que dans cette période post-Covid-19, le tennis dans son fonctionnement apparait comme la discipline la plus ingérable d’un point de vue sportif, mais aussi économique. Tous les intérêts individuels ne convergent pas vers un intérêt général. Si vous rajoutez à cela une gouvernance peu légitime, on se dirige tout droit vers une forme de chaos. On est loin, par exemple, du professionnalisme marketing de la NBA qui a trouvé une solution originale en se regroupant chez Mickey en cercle fermé pour une « orgie » de basket, histoire de clore la saison en changeant des règles et en se réinventant.

Ce début de semaine a donc été symbolique de l’ambiance qu’il règne sur la planète tennis : Roger Federer a stoppé son année qui n’avait presque pas commencée, Novak Djokovic a mis le feu tout en faisant le beau sur son Adria Tour et Patrick Mouratoglou a décidé de transformer le tennis au-delà de ce que l’on pensait imaginable.

Instagram
Twitter