Accueil Le blog de la rédac’ On ne peut blâ­mer Novak Djokovic

On ne peut blâmer Novak Djokovic

-

L’histoire du ten­nis a tou­jours été mar­quée par des rup­tures en terme d’or­ga­ni­sa­tion et de gouvernance. 

Les plus férus connaissent la genèse de l’ère open et du fameux conflit de l’é­poque entre les ama­teurs et les professionnels. 

Il y a aus­si eu ce moment où le cir­cuit WCT est venu se poser paral­lè­le­ment à celui de l’ATP. 

Aujourd’hui, la situa­tion est bien dif­fé­rente. Et même s’il y a eu une levée de bou­cliers des ins­tances inter­na­tio­nales et de Rafael Nadal et Roger Federer, il faut bien recon­naître que l’i­ni­tia­tive de Novak Djokovic ne vient pas de nulle part ou d’un désir de prendre le pouvoir. 

Il existe beau­coup de fan­tasmes autour du Serbe, mais il faut savoir accep­ter l’i­dée qu’il veut le meilleur pour son sport. 

Membre actif du conseil des joueurs depuis des années, et notam­ment dans cette période très impor­tante liée au Covid‐19, le Serbe a du consta­ter une cer­taine forme d’in­ca­pa­ci­té de la part de l’ATP à se com­por­ter comme une asso­cia­tion du 21ème siècle. 

C’est à dire avec de la trans­pa­rence, de la réac­ti­vi­té et en res­pec­tant tous les membres de son asso­cia­tion. Au coeur de la crise, Andrea Gaudenzi a com­mis des erreurs et s’est presque conten­té de pro­po­ser des solu­tions clas­siques sans être créa­tif ou sur le front. Même si c’est sym­bo­lique, aucun effort finan­cier n’a été réa­li­sé par exemple par le staff de l’ATP alors que dans d’autres dis­ci­plines cela a été le cas.

Alors com­ment blâ­mer Novak Djokovic ?

On pré­fère le croire quand il explique que cette asso­ca­tion n’a pas l’in­ten­tion de prendre le pou­voir, ni de créer un cir­cuit paral­lèle. Elle veut « sim­ple­ment » réel­le­ment défendre l’in­té­rêt des joueurs pro­fes­sion­nels comme c’est déjà le cas dans toutes les dis­ci­plines majeurs. 

Elle veut être indé­pen­dante de la « gou­ver­nance » aus­si car les inté­rêts des orga­ni­sa­teurs ne rejoignent pas tou­jours ceux des acteurs : « Ce que nous vou­lons, clai­re­ment et sim­ple­ment, c’est que les joueurs aient leur propre orga­ni­sa­tion et une asso­cia­tion qui soit à 100% la nôtre » 

Instagram
Twitter