AccueilLe blog de la rédac'Paire, on t'aime à la folie, passionnément, pas du tout...

Paire, on t’aime à la folie, passionnément, pas du tout…

-

Tête de série 1 à Roanne, Benoit Paire a fait du Paire alors même qu’en début de semaine dans la presse locale (Le Progrès) il avait exprimé son bonheur d’être dans la Loire une région qu’il connait bien : « Je n’étais pas au courant pour être honnête qu’il y avait un chal­lenger à Roanne. Il tombait après Bercy… J’ai regardé la liste des tour­nois… Je vois Roanne ! Je connais bien, mon père est né ici (Paray‐le‐Monial), ma famille du côté de mon père aussi, j’ai mon arrière‐grand‐mère ici. Je viens en vacances à Paray depuis que j’ai trois ans, c’est incroyable de pouvoir rester à Paray pendant le tournoi et de jouer à Roanne. C’est telle­ment rare de pouvoir être avec la famille et jouer devant elle. Je suis avec mes parents, ma famille, mon chien, ma copine. C’est super cool. »

48h plus tard, il sort du court sous les sifflets battu par le Lucky Looser du jour, un Néerlandais complè­te­ment inconnu après avoir écopé au passage d’un point de péna­lité dans la deuxième manche et avoir mené 4 à 1 dans le 3ème set, balle de 5 ‑1 avant de proposer une parodie de tennis.

Voila en deux « temps », tout le para­doxe de Benoit Paire.

Difficile effec­ti­ve­ment de le blâmer, diffi­cile aussi de le croire..

Et même sa belle décla­ra­tion derniè­re­ment sur son compte Instagram, sur sa volonté de tout défoncer en 2022 n’émeut plus, le ressort est cassé, jusqu’à la prochaine amortie de génie.

Quand à sa dernière repré­sen­ta­tion prévue à Pau la semaine prochaine elle n’est pas encore tota­le­ment confirmé. 

Instagram
Twitter