AccueilLe blog de la rédac'Si même Nadal s'énerve, c'est qu'il y a un problème...

Si même Nadal s’énerve, c’est qu’il y a un problème…

-

Si même Rafael Nadal s’énerve alors qu’il est connu pour avoir une atti­tude exem­plaire, quel que soit le dérou­le­ment d’un match, c’est qu’il y a un vrai problème. 

Méconnaissable aujourd’hui, notam­ment au service où il a commis 7 double‐fautes, l’Espagnol n’a jamais trouvé le rythme, ni le bon tempo même s’il a fait preuve de courage notam­ment lors de la deuxième manche.

Et ce qu’il devait arriver, arriva. Rafa est sorti plusieurs fois de sa bulle en s’in­vec­ti­vant comme il ne l’a jamais fait.

Après la déroute d’un Novak Djokovic apathique, on se dit quand même que ces condi­tions plus que spéciales ne favo­risent pas les ténors du circuit qui jouent certes pour des titres mais aussi pour ressentir des émotions en étant soutenus par leurs fans, ce qui n’est pas vrai­ment encore la préoc­cu­pa­tion d’Evans, Rublev et compagnie…

Avec un public chaud bouillant, on aurait certai­ne­ment pas vécu le même spec­tacle pour Nole et Rafa. Ce n’est pas une excuse que l’on cherche. C’est un constat, presque alarmant…

Cette 41e défaite sur terre battue de la carrière de Nadal doit vite être oubliée, effacée de sa mémoire. Elle ne doit pas le mettre dans le doute. 

Il doit vite penser à Barcelone, aux quelques spec­ta­teurs qui le soutien­dront quand il sera en danger. Il ne sera alors plus seul, perdu sur le court… Un cham­pion aussi légen­daire ne mérite pas ce supplice, car à la longue, cela devient indé­cent, voire gênant. Covid or not Covid…

Instagram
Twitter