Tops et flops (2)

-

Comme chaque année, la rédaction de GrandChelem/Welovetennis.fr a décidé de décerner ses tops et flops dans le numéro de GrandChelem de fin d’année. Si cette saison 2016 aura été marquée par une énième désillusion en Coupe Davis et l’absence prolongée d’un certain Roger Federer puis de Rafael Nadal, elle est aussi peut‑être le symbole d’un certain renou­veau avec l’émergence chez les hommes comme chez les femmes d’une nouvelle génération. Alors, soyons posi­tifs, et préparons déjà notre cafetière pour la première levée du Grand Chelem en Australie en janvier. 

Mon top
La sagesse de Roger Federer
Certains l’auraient qualifié de Flop. Ce n’est pas comme ça que je vois les choses. En annonçant, le 26 juillet 2016 qu’il mettait un terme à sa saison, Roger Federer a simple­ment fait le bon choix. Douloureux, évidemment. Mais juste et coura­geux. Certes, ce forfait général impli­quait de faire une croix sur les Jeux Olympiques – sa dernière chance de décrocher l’or en simple – l’US Open, et toute la saison indoor où il avait coutume de briller chaque année. Mais l’enjeu valait ce sacri­fice. L’enjeu juste­ment, quel est‐il vrai­ment ? Roger Federer le révèle lui-même, et c’est là, la vraie bonne nouvelle. « Les docteurs m’ont informé que si je voulais jouer encore quelques années sans bles­sure, ce que je compte faire, je devais donner à mon genou et à mon corps le temps nécessaire pour récupérer. » Pas besoin de lire entre les lignes. Le Suisse veut jouer « encore quelques années » et ceci en pleine posses­sion de ses moyens physiques. Quitte à faire une croix sur des événements spor­tifs majeurs qu’il avait, un temps, fixé comme objec­tifs de fin de carrière. Pas de Rio, pas de gloire olym­pique, tant pis. Mais l’espoir de voir encore l’ex-maître nous régaler quelques années. Voilà le véritable ensei­gne­ment de cet éloignement, juste tempo­raire de Roger Federer. Et son absence ne saurait d’ailleurs que stimuler notre hâte de le retrouver. Positivez Federiens ! D’autant plus que Roger se dit « plus motivé que jamais » pour son retour. Ca promet..

Mon flop
Le désin­térêt gran­dis­sant pour le tennis féminin
Qui s’intéresse encore réellement au tennis féminin, suivant assidûment et avec passion le circuit WTA ? D’aucuns la juge­ront trop violente, trop brutale ou trop rude, mais cette ques­tion, aussi cruelle soit‐elle, mérite pour­tant d’être posée. Et pour cause ! En 2016, le circuit féminin a été le théâtre de nombreux événements : le 22e titre majeur de Serena Williams, l’avènement d’une nouvelle numéro 1 mondiale, les premiers couron­ne­ments d’Angélique Kerber et Garbine Muguruza en Grand Chelem ou encore l’émergence de nouveaux talents tels Madison Keys, Karolina Pliskova ou Johanna Konta. Et pour­tant, le tennis féminin a peiné à se faire une place sur la scène médiatique mondiale. Les véritables raisons de ce désintérêt sont d’ailleurs diffi­ciles à déterminer. Est‐ce dû au niveau de jeu, jugé en baisse ces dernières années ? Au manque de notoriété du Top 5 riche des Kerber, Radwanska, Halep, et autres Cibulkova ? À l’absence de grandes rivalités au plus haut niveau, la faute à une Williams trop au‐dessus du lot ? Toujours est‐il que le tennis féminin intéresse de moins en moins. C’est mon flop de l’année mais aussi le témoin de mon souhait de voir le circuit WTA retrouver de sa superbe, et ce dès l’an prochain !

Instagram
Twitter