Accueil Le blog de la rédac' Tops et flops (3)

Tops et flops (3)

-

Comme chaque année, la rédaction de GrandChelem/Welovetennis.fr a décidé de décerner ses tops et flops dans le numéro de GrandChelem de fin d’année. Si cette saison 2016 aura été marquée par une énième désillusion en Coupe Davis et l’absence prolongée d’un certain Roger Federer puis de Rafael Nadal, elle est aussi peut-être le symbole d’un certain renouveau avec l’émergence chez les hommes comme chez les femmes d’une nouvelle génération. Alors, soyons positifs, et préparons déjà notre cafetière pour la première levée du Grand Chelem en Australie en janvier.

Mon top

Lucas, la révélation

Il ne s’agit pas d’un simple coup de cœur mais d’une véritable déclaration d’amour. Lucas Pouille ne m’a pas simplement épaté par sa progression, il m’a aussi séduit. Rarement un joueur tricolore m’avait fait une telle impression. En 2016, le natif de Grande-Synthe s’envole. Il passe de la 91e place mondiale à la 15e, signe deux quarts de finale en Grand Chelem, remporte un premier titre sur le circuit (le Moselle Open) et une victoire référence sur Rafael Nadal. Un match au cours duquel j’ai vibré comme rarement. Chez le joueur de 22 ans, rien n’est dû au hasard : « Si on veut se donner une chance d’arriver au plus haut niveau, de gagner les plus grands tournois, il faut avoir une structure derrière soi, être bien entouré. » À l’instar des plus grands, le Tricolore sait prendre les bonnes décisions et s’investir dans son projet. Voilà qui détonne dans le microcosme du tennis français… Alors merci Lucas et surtout, ne change pas

Mon flop

Terrain neutre, la bonne blague

Il y a un an, à la même époque, je protestais déjà contre les décisions des dirigeants de l’ITF d’instaurer le tie-break au cinquième set en Coupe Davis.
Cette fois-ci, je m’indigne de l’annonce faite par David Haggerty d’organiser la finale sur terrain neutre, sur le modèle du Super Bowl américain. S’il
pense sauver la compétition, il a tout faux. Il va uniquement la tuer. Oui, la Coupe Davis est un peu mon cheval de bataille, car j’y suis profondément
attaché. Si cette décision venait à être adoptée, je vous laisse rêver d’une finale Croatie – Argentine (affiche de cette année) à Singapour ou Taipei par
exemple. Ces mêmes dirigeants de l’ITF ont-ils réfléchi à l’organisation du voyage pour les supporters ? Ce qui me rassure, c’est que les joueurs vont dans le même sens que ma pensée. À Bercy, Jo-Wilfried Tsonga ne mâchait pas ses mots. « J’ai bien l’impression que ce genre de décision n’est pas fait pour les bonnes raisons. C’est important qu’ils (les dirigeants) réfléchissent à deux fois avant de la prendre. Cela pourrait signer son arrêt de mort. » Même Richard Gasquet, peu habitué à la punchline, s’est lâché : « La finale sur terrain neutre, c’est complètement idiot. Il faut toujours jouer des matchs à domicile et à l’extérieur. C’est l’essence même de la Coupe Davis. » Merci Richie, je n’aurais pas dit mieux.

GrandChelem n°55 en téléchargement gratuit

Retrouvez gratuitement et en intégralité le numéro 55, le dernier numéro de notre magazine GrandChelem… Bonne lecture !

Instagram
Twitter
Facebook
Facebook