We kiff Jo

-

Il est le dernier trico­lore encore en course en Australie. Arborant son sourire légen­daire, Jo kiffe son tournoi. Après une victoire probante face à Haas, il devrait passer l’obs­tacle Almagro et mettre une fois de plus Melbourne en ébul­li­tion.
En Australie, Jo est un peu comme chez lui, tout comme Marcos d’ailleurs. Cette ambiance spéciale, ce stade si bruyant, ces spec­ta­teurs si enthou­siastes, tout ceci contribue à exciter les joueurs qui aiment le show. Et Jo fait partie de cette trempe de cham­pions. Si Rafa et Roger guident le public, Jo, Marcos, et quelques autres, y voient un deuxième homme, un parte­naire de jeu. Ce samedi alors mené 5 à 2 dans la 4ème manche, Jo a su égale­ment démon­trer une nouvelle fois qu’il avait un mental. 

A l’in­verse de la Monf en attente de la faute de son adver­saire, ou d’une première balle à moins de 200 km/h d’Isner, Jo a su provo­quer le destin. Sur pas grand chose, un ace, une montée, et une pres­sion supplé­men­taire, il a fait douter son adver­saire tout en deve­nant plus précis, moins fantai­siste, plus effi­cace. Bref, mesu­rant l’ins­tant, l’im­por­tance d’un 16e de fnale en Australie, Jo a passé la vitesse supé­rieure. A la sortie des vestiaires, c’est donc tout natu­rel­le­ment qu’il a expliqué qu’il prenait son « kiff » ici à Melborune. Le tout avec une large banane, content de lui, prêt à repartir au combat. 

« Jo incarne des valeurs simples, il est proche de ses fans, il a des résul­tats, il est acces­sible, c’est pour cela que sa cote est incroyable auprès du public et donc des spon­sors » nous a confié une spécia­liste du marke­ting sportif, inter­rogée par nos soins pour notre GC16 qui sortira dans la foulée de l’Australian Open. Difficile en effet de la contre­dire tant le Français depuis main­te­nant trois ans répond présent aux grands rendez‐vous !

Instagram
Twitter