AccueilM1000 - CanadaÇa passe pour les favoris

Ça passe pour les favoris

-

Avant la session nocturne, les huitièmes de finale du Masters 1000 de Montréal auront été assom­mants de logique. Les prin­ci­pales têtes de série sont passées, Nadal, Murray et Djokovic en tête.

Rafael Nadal, Andy Murray, Novak Djokovic, Andy Roddick, Juan Martin Del Potro et Nikolay Davydenko sont tous en quarts de finale du Masters 1000 de Montréal. Les trois membres du Big Four ont vécu une soirée tran­quille, tandis que les trois autres ont dû montrer autre chose qu’un tennis de routine.

Breaké à une seule reprise en trois matchs et six manches, les trois derniers joueurs du Big Four ont joué des huitièmes de finale sans histoire. Mais pas avec la même intrigue. Andy Murray aura été, une nouvelle fois, le plus convain­cant de ces trois bons­hommes là. L’Écossais a sorti sans ména­ge­ment Juan Carlos Ferrero, 6–1, 6–3. L’ancien numéro 1 mondial, sorti des quali­fi­ca­tions, avait pour­tant éliminé Lleyton Hewitt et Gaël Monfils lors des deux premiers tours, mais s’est trouvé en panne de carbu­rant et de solu­tions face au fina­liste du dernier US Open.

Vainqueur sur les courts québé­cois de la Rogers Cup en 2007, Novak Djokovic a été plus solide nerveu­se­ment que Mikhail Youznhy, sorti 6–3, 6–4. Breaké d’en­trée, le Serbe a ensuite serré le jeu aux moments impor­tants de la rencontre pour passer sans dommages et se retrouver en quarts de finale. En déli­ca­tesse avec son tennis et sa confiance depuis sa défaite contre Rafael Nadal en demi‐finale de Madrid, Djokovic continue de passer les tours sans faire de bruit en Masters 1000. Son dernier succès dans cette caté­gorie de tournoi remonte à Indian Wells, en 2008. Un an et demi plus tard, le numéro 4 mondial reste néan­moins une des valeurs sûres en Amérique du Nord.

Rafael Nadal attend, quant à lui, d’être toujours réel­le­ment testé lors de ce tournoi cana­dien. Le tenant du titre avait profité de l’abandon de David Ferrer au deuxième tour. Cette fois‐ci, c’est un Philipp Petzschner peu inspiré qui s’est présenté devant l’Espagnol, qui s’est imposé sans coup férir, 63, 62. Le quart de finale qui l’op­po­sera à Juan Martin Del Potro sera le premier vrai test de Rafa, qui n’a toujours pas convaincu au niveau du tennis pur, mais l’op­po­si­tion ne l’y a jamais poussé.

Justement, le numéro 6 mondial, a renversé une situa­tion bien compli­quée. Mené 6–3, 3–1, par Victor Hanescu, Del Potro s’est fina­le­ment imposé 36, 63, 64. Vainqueur à Washington dimanche dernier, l’Argentin demeure le dernier tombeur de Nadal sur un court en dur, c’était en quart de finale de Miami en mars dernier, déjà en Masters 1000. La sixième confron­ta­tion entre les deux Hispaniques sera l’oc­ca­sion de voir l’état de forme réel du numéro 2 mondial, autant tennis­tique, que physique, et voir si Del Potro s’est encore rapproché des plus hauts rangs mondiaux.

Finaliste à Washington, battu par Del Potro, Andy Roddick s’est lui sorti les tripes pour venir à bout de Fernado Verdasco, 7–6, 4–6, 7–6. Après un partage des sets, un jeu décisif gagné 7–2, l’Américain menait 6–5 dans la dernière manche, service à suivre, avant de voir le fantasque Espagnol le pousser au jeu décisif, fina­le­ment gagné 7–5. Les 2h37 de jeu pour­raient être lourdes demain dans les jambes du numéro 5 mondial, qui sera opposé à Novak Djokovic. 

Le dernier match de la session de jour oppo­sait Nikolay Davydenko à Fernando Gonzalez. Le Russe s’est imposé 7–6, 7–5, concluant le match sur le seul break de la partie. Le numéro 8 mondial avance discrè­te­ment mais sûre­ment dans ce tournoi, où sans faire de bruit, il se mesu­rera à Andy Murray, qu’il a battu en demi‐finale des derniers Masters. Revenu très vite au premier plan, Davydenko pour­rait être l’épou­van­tail de cette fin de tournoi.

Les deux derniers matchs de la nuit, Roger Federer – Stanislas Wawrinka et Gilles Simon – Jo‐Wilfried Tsonga, seront deux duels quasi fratri­cides. Les favoris ont tous été au rendez‐vous. Roger Federer l’est clai­re­ment pour le premier. Concernant les Français, l’his­toire est bien diffé­rente. Le vain­queur du match prendra l’avan­tage dans le tête‐à‐tête qui les oppose. Et un rendez‐vous avec le numéro 1 mondial.

Article précédentRafa en quarts !
Article suivantLe Grand Huit