AccueilM1000 - Paris-BercyObjectif demi-finales !

Objectif demi‐finales !

-

Comme l’an passé, deux Français sont en quarts de finale à Bercy. Respectivement face à Davydenko et Murray, Michael Llodra et Gaël Monfils n’ont qu’une idée en tête : rallier le dernier carré.

Gaël Monfils (FRA) vs. Andy Murray (GBR)

Gaël Monfils n’est plus le même homme lors­qu’il joue à Paris. Un genou doulou­reux, la fatigue accu­mulée d’une saison, « un physique de chèvre » mais…l’envie. Avec son courage et sa déter­mi­na­tion, La Monf s’est hissé en quarts non sans avoir sauvé deux balles de match hier et passé plus de 4h30 sur le court en deux tours. Aujourd’hui, la barre est encore plus haute, le défi tout autant relevé. Il faudra battre Andy Murray, numéro 4 mondial et titré il y a un mois à Shanghai. L’Ecossais mène 3–1 dans leurs faces‐à‐faces. Contre un Monfils fatigué et boitillant, il part favori. Mais « ici à Paris, il se passe des toujours des trucs de fou » analyse Gaël. « J’arrive à trouver une petite force et ça fait boule de neige ». Suffisant pour sortir Murray ?


Cotes SAJOO Murray 1,30 – Monfils 2,85

Michael Llodra (FRA) vs. Nikolay Davydenko (RUS)

Il est le temps de l’ex­ploit et celui de la confir­ma­tion. Le second est, dit‐on, souvent le plus dur. Michael Llodra va en faire l’ex­pé­rience cet après‐midi à Bercy. Face à un Davydenko qui commence à sortir la tête de l’eau après des mois de défaites, le Français à une belle carte à jouer. « Je peux viser plus haut, et je peux vous dire que je n’ai pas envie de m’ar­rêter là » disait Mika hier après son succès sur Djokovic. Si le Russe mène 4 victoires à 1 face à Llodra, le Parisien a toutes les armes pour s’im­poser cet après‐midi. Surtout que l’ami Davydenko ne vibre visi­ble­ment pas tant que ça à l’idée d’at­teindre le dernier carré. « Je me fous de gagner ou de perdre, parce qu’a­près, ce sont les vacances ». Oui, vrai­ment, il y a quelque chose à faire à Mika…


Cotes SAJOO Davydenko 1,69 – Llodra 2,03

(On serait vous, on mettrait bien une petite pièce sur Mika. La cote est inté­res­sante et le Parisien joue le feu à Paris !)