Accueil M1000-Rome Eric Winogradsky : "Encore beaucoup de travail"

Eric Winogradsky : « Encore beaucoup de travail »

-

Eric Winogradsky ce mercredi après la défaite de son poulain (Jo-Wilfried Tsonga) au premier tour face à l’un de ses compatriotes, (Richard Gasquet)  : « Je pense qu’il y a encore beaucoup de travail à effectuer sur la surface. On a bien vu que Jo ne se sentait pas encore suffisamment à l’aise dans les schémas qu’il pouvait appliquer sur terre. Je pense également que le fait de très bien se connaître, (avec son adversaire) a peut-être compliqué la tâche. Paradoxalement, sur les occasions qu’il se procure, il est trop passif. Il pouvait imaginer ce que Richard allait faire. Or quand on sait à 99 % ce qui risque de se passer, on prend une option. Cette option-là, il ne l’a pas prise. ça, c’est une première chose.

La deuxième, c’est qu’il faut du temps, car il n’a pas souvent évolué sur terre battue. Jo se frustre encore beaucoup trop par rapport à la surface. Effectivement, il y a quelques faux rebonds, des glissades qui ne le mettent pas forcément dans le meilleur appui etc. Mais on ne peux pas les enlever ! Ce sont des choses qu’il doit pouvoir mieux intégrer, afin de moins perdre d’influx, gagner en lucidité… Ce qui lui permettrait de concrétiser certaines occasions, et/ou de s’en créer d’autres.

Une chose est sûre  : son jeu n’est pas du tout en place sur la surface. Maintenant, il faut enchaîner les rencontres, les tournois. Nous avons la chance d’en avoir trois la semaine prochaine (Estoril, Belgrade, Munich). Donc n’importe lequel. Nous allons en discuter. Le reste, c’est secondaire. L’objectif est de jouer des matches, et essayer ainsi d’obtenir le plus de repères possibles.

En fait, Jo ne lutte pas uniquement contre son adversaire. Il lutte aussi avec la surface, car il n’est pas encore suffisamment à l’aise. Ce n’est pas pour autant qu’il n’essaye pas. Il cherche des solutions… Mais perd trop en lucidité à râler contre les spécificités de la terre. Ajourd’hui, malgré tout, il fait un match correct, mais à ce niveau-là, ça ne suffit pas. Il faut faire des très bons matches pour passer. Qui plus est contre Richard, qui est un très bon joueur de terre. Il n’y avait pas un très haut niveau, mais Richard a été efficace sur les points importants, a su ne pas donner, même si par instants il a pu montrer quelques signes de nervosité. »

En direct de Rome

Instagram
Twitter