AccueilM1000 - ShanghaïSimon a du boulot pour 2009

Simon a du boulot pour 2009

-

« Ce n’est pas un joueur comme les autres. Plus vous jouez bien, plus il joue bien  » voila comment Roger Federer avait rendu hommage à Gilles Simon à l’issue de sa défaite.
Pas comme les autres cela veut aussi dire que l’effet de suprise a joué à plein régime pour le Français sur le circuit cette saison. Et cela pèse lourd comme nous l’avait avoué derniè­re­ment Marcos Baghdatis : « Quand tu arrives sur le circuit face aux meilleurs il te connaissent pas, et donc tu as un avan­tage, après les infor­ma­tions circulent et cela devient beau­coup plus dur ». Logiquement on est donc obligé de penser qu’en tant que 7e mondial, cet effet est main­te­nant à ranger dans son thermobag. 
Cela étant dit, Gilles a aussi des progrès à faire dans des compar­ti­ments du jeu qui séparent les cham­pions des ténors. Et c’est même lui qui le dit : « Je suis sûr que je peux améliorer plein de choses. Il y a donc plus pessi­miste comme horizon. Je vais devoir améliorer mon pour­cen­tage de premières balles, la vitesse de ma seconde balle, mon jeu vers l’avant… Plein de choses. ».
Difficile de contre­dire le Français qui effec­ti­ve­ment sur son service manque de régu­la­rité, de puis­sance, bref de points gagnés sans effort, à ce niveau c’est souvent la clé de certains succès. André Agassi l’a vite compris lui qui au cours de sa carrière n’a cessé de travailler ce compar­ti­ment du jeu faisant de réels progrès au moment de son apogée. 
Sur le jeu vers l’avant, Thierry Tulasne nous l’avait confié à Lyon, cela fait un an seule­ment que Gilles ose faire une volée de revers à une main. Donc la marge de manoeuvre est plus qu’im­por­tante, ce qui est plutôt rare à ce niveau comme l’ex­plique son coach qui est aussi son premier supporter : « On voit bien qu’il peut riva­liser avec les meilleurs et même les battre. Quand il perd, c’est accroché. Alors qu’il a une marge de progres­sion impor­tante dans sa tech­nique et sa façon de jouer. C’est encou­ra­geant pour l’année prochaine. L’évolution à faire, ce sera d’ex­ploiter au mieux les occa­sions dans les grands événe­ments. ». Les grands évène­ment ce sont bien sûr les tour­nois du Grand Chelem mais aussi la Coupe Davis, on imagine que Gilles a déjà coché certaines dates sur le calen­drier 2009

Instagram
Twitter