AccueilMarion BartoliMarion, la Fed Cup et la terre battue

Marion, la Fed Cup et la terre battue

-

Interrogée par Reuters à Madrid après sa lourde défaite face à Anabel Medina Garrigues, Marion Bartoli a d’abord parlé de ses déboires avec la terre battue. « On ne va pas lui enlever qu’elle a fait un bon match mais la surface ne m’avan­tage pas », a déclaré Marion Bartoli. « Il faut que je l’ac­cepte. Sur dur ou sur gazon, je trouve beau­coup mieux mes points de repères », a‑t‐elle dit. « Il faut que j’aie simple­ment l’hu­mi­lité de retourner sur les terrains d’en­traî­ne­ment. Je ne sais pas vrai­ment ce qui se passe parce que, plus jeune, j’avais fait des résul­tats sur terre battue. » Mais l’échéance Roland Garros ne l’empêche pas pour autant de dormir. « Je n’ai pas peur de Roland‐Garros, c’est une moti­va­tion pour m’en­traîner le mieux possible. J’ai à coeur de bien jouer devant mon public. La semaine prochaine, je m’ali­gnerai à Varsovie plutôt que Strasbourg », a‑t‐elle précisé, invo­quant le mauvais temps fréquent en Alsace et une terre battue plus lourde qu’en Pologne, où la surface serait plus rapide. Enfin, la n°1 fran­çaise a tenu à mettre les choses au clair concer­nant la polé­mique entre elle et l’équipe de France de Fed Cup. « Je ne lis pas la presse mais j’ai cru entendre que je m’étais soi‐disant moquée d’elles en disant qu’elles avaient une mauvaise équipe. Je ne permet­trai jamais de déva­lo­riser mes compa­triotes. J’ai simple­ment dit qu’elles n’avaient pas besoin de ma présence pour gagner en Allemagne » a déclaré Marion Bartoli, qui a dit qu’elle féli­ci­te­rait les joueuses quand elle les verrait.