AccueilMasters CupCe fut très très dur !

Ce fut très très dur !

-

C’est comme si les démons de Londres 2009 n’avaient pas complè­te­ment disparu. Pendant près d’un set et demi, Rafael Nadal n’était que l’ombre de lui‐même. Doubles‐fautes, coups droits frappés à reculon, fautes à répé­ti­tion… Si le dur indoor n’est pas sa surface favo­rite, ce Nadal‐là n’avait quand même pas grand chose à voir avec celui qui gagnait l’US Open il y a 3 mois. 

Mais Rafael Nadal fait partie de ceux qui n’ab­diquent jamais. Même en grand manque de repères et de sensa­tion, même mené un set un break face à l’un des meilleurs serveurs au monde, il se bat, il y croit et…ça paye. En face Andy Roddick perd petit à petit le fil, enchaîne trop souvent au filet derrière sa première, s’of­frant ainsi en pâture au formi­dable passeur qu’est l’Espagnol. Son break d’avance effacé, l’Américain est poussé à disputer un jeu décisif périlleux. Il faut conclure, main­te­nant. Roddick le sait, mène 3–2 mini‐break puis s’écroule. A nouveau. Rafa, lui, ne doute pas et conclut sur sa 3e balle de set. Revenu de nulle part, l’Espagnol vient d’éga­liser à une manche partout. 5 jeux plus tard, il fera le break pour ne plus rien lâcher jusqu’au finish. 36 7/6[5] 64, c’est tendu, mais c’est une victoire. La première de l’Espagnol dans cette O2 Arena. 

Un Masters se joue parfois à quelques jeux, à un match gagné qu’on aurait dû perdre. Rafael Nadal connais­sait l’im­por­tance de ce premier rendez‐vous en vue d’une quali­fi­ca­tion pour les demi‐finales. Si Berdych semble hors course dans ce groupe A en raison de ses diffi­cultés affi­chées, les deux places pour le dernier carré devraient se jouer entre Roddick, Djokovic et Nadal. Ces deux derniers s’af­fron­te­ront mercredi dans un match qui devrait permettre d’y voir un peu plus clair pour la suite. Rafael Nadal a‑t‐il juste souf­fert du stress pour son entrée en lice ou le mal est‐il plus profond ? Le numéro 1 mondial le sait, ce niveau de jeu là ne lui permettra sûre­ment pas de décro­cher son premier titre au Masters. Ce rendez‐vous face à son homo­logue serbe devrait lui donner des éléments de réponse quant à sa capa­cité, ou non, à aller au bout de ce tournoi.

Article précédentNadal s’en sort
Article suivantLe programme de mardi